L'Union européenne. Passé, présent et avenir (II)

La lettre du vendredi 3 mai 2019

L'Union européenne, depuis le traité de Paris en 1951, à l’initiative de la France, Robert Schuman reprenant l’œuvre d’Aristide Briand, est un long projet sans précédent dans l'histoire. Des peuples plus proches que distincts, car ils sont les héritiers d’une même civilisation, ont décidé d'unir leurs destins par leur volonté exprimée démocratiquement. À la fin du mois de mai ces peuples européens se donneront un nouveau Parlement. Les premières élections européennes s’étaient tenues en 1979 à l’initiative de Valéry Giscard d’Estaing. Il est plus utile que jamais de réfléchir à l’avenir de l’Union européenne. Cette réflexion a été constamment présente dans Commentaire depuis la naissance de la revue, il faut encore la renouveler et l’approfondir, et, pour vous permettre de lire ou relire sur ce sujet, nous vous proposons un choix d’articles. Nous y consacrons deux lettres du vendredi. La première, celle de la semaine dernière, reprenait l’histoire que nous avons vécue depuis le traité de Maastricht en 1992 qui a été conclu sous la présidence de François Mitterrand et qui a fondé l’euro et l’union économique et monétaire. La seconde, celle qui suit,  traite de la situation présente et de l’avenir.

 

Pour ?

 ALAIN JUPPÉ, J'ai fait mon choix : pour l'Europe
N° 165 Printemps 2019

Pour une fois, j’ai envie d’être un peu manichéen. L’enjeu est trop important pour finasser. Il faut afficher clairement la couleur : pour ou contre l’Europe ; du côté des militants de la construction européenne ou de ses casseurs. J’ai fait mon choix. Depuis longtemps. Et, au sein du parti gaulliste, quand il existait, je ne me suis jamais senti mal à l’aise en affirmant mes convictions européennes. Aujourd’hui, il faut aller au combat car l’avenir de l’Union européenne est en jeu. [Lire la suite]

 

 JEAN-CLAUDE TRICHET, Un succès historique : l’euro
N° 164 Hiver 2018-2019

Lorsqu’on lit certains travaux académiques et des articles signés par des institutions financières et des participants du marché qui n’appartiennent pas à la zone euro, la présentation qu’ils font de l’euro est souvent négative. Les résultats économiques de la monnaie unique auraient été médiocres, particulièrement en comparaison des États-Unis. L’euro et la zone euro ne seraient pas soutenus par l’opinion publique des pays membres. La confiance dans le projet européen aurait diminué au cours de ces dernières années, ce qui rendrait très difficile la mise en œuvre des réformes indispensables au succès de l’euro. En somme, l’avenir serait sombre et la question de l’existence même de la monnaie unique et de la zone euro serait plus actuelle que jamais. Il s’agit d’une vision erronée qui ne rend pas compte de la réalité et qui peut conduire gouvernements, décideurs et agents économiques, à prendre de mauvaises décisions. [Lire la suite]

 

 VINCENT FERÉ, Leçons d'histoire pour une Europe en crise
N° 162 Été 2018

Le 17 avril dernier, devant les eurodéputés à Strasbourg, le Président Macron a redit sa volonté de relancer l’Europe en affirmant que la « souveraineté européenne » était nécessaire « pour montrer aux citoyens européens que nous pouvons les protéger ». Au scepticisme des partenaires de la France, ne peut-on pas objecter, en méditant l’histoire de l’Europe, que la « souveraineté européenne » constitue bien pourtant la réponse politique à une crise de l’UE qui est d’abord aujourd’hui, comme ce fut le cas déjà dans le passé, une crise de l’appartenance ? [Lire la suite]

 

 ALAIN LAMASSOURE, Pour une Europe 4.00
N° 155 Automne 2016

Alain Lamassoure, ancien ministre chargé des Affaires européennes, membre du Parlement européen, considère que le Brexit doit être mis à profit, comme un électrochoc. Il faut d’abord réussir la séparation. Ensuite, sans nouveau traité, accomplir les tâches prescrites et obtenir les résultats promis. Enfin, briser l’indifférence des médias et montrer aux Européens tout ce qu’ils doivent à l’Europe. Avec, en tête, un dessin final qui se dégage du bon sens. L’Europe du XXIe siècle se déclinera en trois cercles, ou trois dimensions, avec, en son centre, une communauté de pays qui ont décidé de traiter ensemble les grands défis du siècle. [Lire la suite]

 

Pourquoi ?

JEAN-CLAUDE CASANOVA et BÉATRICE DEDINGER, L'Europe de 1800 à 2055
N° 161 Printemps 2018

On pourrait dire, en complétant la formule prêtée par Goethe à Napoléon : « Le destin aujourd’hui, c’est la politique, et la politique, c’est la démographie.» C’est pourquoi nous publions régulièrement ces perspectives historiques et démographiques qui commandent le sort de l’Europe et, comme on s’en aperçoit désormais, la politique sur ce continent. [Lire la suite]

 

JEAN-LOUIS BOURLANGES, Identité européenne et ambition française
N° 147
Automne 2014

Interroger l’ambition française et en repérer ce qui semble être l’essentielle ambivalence est un exercice utile pour celui qui croit à la pertinence et à la fécondité de la construction européenne et ne parvient pas à s’imaginer l’engagement de notre pays dans cette grande aventure comme un déni du passé et comme la mise en congé d’une histoire millénaire. [Lire la suite]

 

BENOÎT D'ABOVILLE, Défense européenne
N° 145 Printemps 2014

L’opinion française tend, assez naturellement, à juger de l’état de la coopération européenne en matière de défense en fonction du degré de soutien qu’elle attend de ses partenaires dans ses interventions en Afrique. La déception l’emporte donc jusqu’ici. Mais la problématique de la défense en Europe devient plus large à l’heure de la redéfinition des équilibres stratégiques globaux et des nouvelles priorités américaines en direction de l’Asie. Consacré largement aux questions de défense, pour la première fois depuis cinq ans, le Conseil européen des 19 et 20 décembre derniers a tracé une nouvelle feuille de route, pas toujours simple à décrypter… [Lire la suite]

 

Comment ?

CÉDRIC ARGENTON, Des idées économiques pour l'Europe
N° 162
Été 2018

La zone euro souffre d’un déficit d’organisation et de gouvernance. Comment y remédier sans être soupçonné de privilégier un intérêt national ? Par une discussion sérieuse entre personnes compétentes. C’est cette tentative que nous analysons. [Lire la suite]

                                                         

THIERRY CHOPIN et JEAN-FRANÇOIS JAMET, Comment répondre aux attentes des Européens
N° 155
Automne 2016

Les défis auxquels les Européens sont confrontés appellent à repenser et à relancer la construction de l’Europe unie. Ils ne doivent pas être traités séparément, mais au contraire mis en perspective. Ils mettent en jeu la capacité des Européens à être unis face aux crises qu’ils doivent affronter. Or cette unité ne va pas de soi aujourd’hui et, bien au contraire, des tensions politiques très fortes menacent la cohésion de l’Union européenne.

La construction européenne est en effet menacée : en tant qu’espace sans frontière interne, elle fait craindre la contagion des crises de la périphérie (géographique ou économique) vers le cœur de l’Union sans avoir les moyens suffisants d’y répondre et d’assurer une réponse collective et solidaire. La perception de cette incapacité de l’Union à défendre ses membres, à l’exception du domaine monétaire, la situe à l’opposé des autres fédérations, où elle fonde au contraire l’identité collective et la légitimité politique des institutions communes. Ainsi, 82 % des Européens attendent une intervention plus importante de l’UE dans la lutte contre le terrorisme, 77 % dans la lutte contre le chômage, 75 % dans la lutte contre la fraude fiscale, 74 % sur la question migratoire, 71 % sur la protection des frontières extérieures et 66 % en matière de sécurité et de défense. [Lire la suite]

 

Élections

PIERRE MARTIN, Les élections européennes: éléments d'analyse
N° 148 Hiver 2014

Nous avions publié en 1999, 2004 et 2009, sous la plume d’Alain Lancelot, des analyses statistiques des élections au Parlement européen dans tous les pays de l’Union. Pierre Martin poursuit cette série en analysant les résultats des élections de mai 2014. [Lire la suite]

 

PIERRE MARTIN, Les élections européennes du 25 mai 2014 en France
N° 147 Automne 2014

Marquées par la victoire du Front national et l’effondrement de la gauche, les élections européennes de 2014 ont constitué un séisme électoral. Pour la première fois en France depuis 1958, une autre force politique que la droite modérée ou le Parti socialiste est arrivée en tête d’une élection. [Lire gratuitement la suite]

 

JÉRÔME FOURQUET, Les Français et l'Europe : un rapport ambivalent
N° 141 Printemps 2013

Interrogés en septembre dernier à l’occasion du vingtième anniversaire du référendum sur le traité de Maastricht, les Français émettaient un avis assez tranché. 60 % se déclaraient ainsi favorables à moins d’intégration européenne et à des politiques économiques et budgétaires propres à chaque État, contre 40 % qui se montraient partisans d’une intégration européenne renforcée avec une politique économique et budgétaire unique (sondage Ifop pour Le Figaro réalisé par Internet auprès d’un échantillon national représentatif de 1 006 personnes du 11 au 13 septembre 2012). Alors que les dirigeants français et européens étaient sur le point de franchir une nouvelle étape dans l’intégration européenne via la ratification par de nombreux pays de ce traité et via également notamment l’avancée du projet d’union bancaire, l’opinion publique française apparaissait réfractaire à ce nouveau pas en avant. On peut même dire que depuis le référendum de 2005, où le « non » l’avait emporté à 55 %, l’hostilité à davantage d’intégration a encore gagné du terrain et que les clivages qui parcouraient la société française à ce sujet se sont encore davantage creusés. [Lire la suite]

*
*  *

Retrouver l'intégralité des numéros de la revue sur notre site www.commentaire.fr

 

 

                                              

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova
116 rue du Bac – 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2019 Commentaire - Tous droits réservés
twitter
facebook
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel