Énergie et environnement

La lettre du vendredi 26 juillet 2019

Au début du XXe siècle, la population mondiale comptait environ 1,6 milliard d’habitants, elle en compte aujourd’hui environ 7,5 milliards. Les progrès de la science et de la technique ont permis une augmentation encore plus forte des subsistances et de l’énergie utilisable. Il en est aussi résulté des détériorations de la planète et de l’environnement dans lequel vit l’humanité. La connaissance, le souci de l’environnement ont grandi, l’écologie est née. Sous ce terme se multiplient les recherches scientifiques et les controverses politiques. L’observation, la raison se heurtent parfois à l’idéologie, comme si une religion séculière succédait à une autre. Les articles qui suivent montrent le cheminement et l’importance de ces préoccupations et de ces débats.

Contre l'écologisme

Bruno Durieux
N° 166 Été 2019

Bruno Durieux publie un essai : Contre l'écologisme. Pour une croissance au service de l'environnement. (Éditions de Fallois, 2019, 264 pages.) qui s'inquiète de l'hégémonie médiatique écrasante de l'idéologie écologiste. Il montre que les catastrophes que celle-ci prophétise inlassablement (famines, épuisement des ressources, pollutions mortelles, pénuries d'eau, effondrement économique, etc.) ont toutes été démenties par les faits. Ces démentis ne l'empêchent pas de collectionner les victoires : principe de précaution, recul du nucléaire, interdiction des OGM, verrouillage des politiques climatiques, prohibition des gaz de schiste, etc. L'écologisme est un anticapitalisme contemporain, un hyper-malthusianisme, une idéologie de la décroissance. Les courants de pensée hostiles au capitalisme marchand, de gauche mais aussi de droite, se déploient sous couvert d'écologie dans l'espace politique libéré par la chute des communismes et le déclin des socialismes. [Lire la suite]

 

Donner sa valeur au nucléaire

Philippe Knoche
N° 161 Printemps 2018

À l'horizon 2050, les besoins en électricité vont être multipliés par deux au niveau mondial. Pour lutter contre le dérèglement climatique, la production de gaz à effet de serre devra être divisée par deux. L'équation à résoudre nécessitera le développement de toutes les sources de production bas carbone. Quel rôle jouera le nucléaire pour répondre à ce défi ? Comment la filière française peut-elle y contribuer ? Pourquoi faut-il une industrie nucléaire forte ? Ce sont les pistes que Philippe Knoche explore dans cet article. [Lire la suite]

 

Mondialisation économique, climat, paix

Cédric Argenton
N° 161 Printemps 2018

Chaque époque se débat avec les problèmes du moment et il est de nombreux exemples de sociétés prospères qui se sont pensées, sur le coup, comme fragiles, en crise, voire en décadence. C'est la responsabilité des jeunes générations de maintenir le minimum d'optimisme et d'ouverture sur l'avenir nécessaire à la poursuite d'objectifs sociaux un tant soit peu ambitieux. [Lire la suite]

 

Le cas du climat

Rémy Prud'homme
N° 161 Printemps 2018

Le nombre et l'ampleur des incertitudes auxquelles l'homme est confronté augmentent-ils ? La réponse à cette question est incertaine, faute d'instruments de mesure sérieux. Ce qui est certain, en revanche, c'est que l'homme a toujours détesté l'incertitude, et qu'il a inventé mille façons de la nier ou de la contourner : la religion, l'art, la connaissance, la solidarité, l'assurance – et la certitude. En réalité, certitude et incertitude marchent du même pas, comme un homme et son ombre. Plus l'incertitude (objective, réelle) est élevée, plus la certitude (subjective, imaginée) est grande. Le cas du climat illustre paradoxe. [Lire la suite]

 

Pour une conscience écologique 

Bertrand de Jouvenel
N° 156 Hiver 2016

« Fundis » et « realos »
Dépasser les dilemmes de l'écologie politique

Luc Ferry
N° 156 Hiver 2016

Les grands partis de gouvernement, comme on dit, ont eu bien tort de laisser les questions écologiques, qui sont réelles, à des apprentis politiques. Au pays de Carnot et de Pasteur, dans celui des grands ingénieurs, des grands spécialistes des énergies et des grands biologistes, on entend parler du nucléaire, de l'électricité, des OGM, par des politiciens de second ordre, sans doute désintéressés et de bonne volonté, mais conduits à l'idéologie verte, en rescapés des idéologies rouges. Pour montrer que l'écologie politique est une chose sérieuse, digne de l'intérêt des meilleurs, nous publions deux articles. Le premier a pour auteur Bertrand de Jouvenel. Il avait paru, en 1965. Cet article inaugure la réflexion sur l'écologie politique, dont Jouvenel fut le grand initiateur (avec Jacques Ellul, aussi, à un moindre degré). Le second est celui de Luc Ferry, qui étudie avec discernement la distinction au sein de la cause idéologique entre les projets réformistes et les projets révolutionnaires, les premiers susceptibles d'une analyse savante, les seconds, proches des idéologies, appelant une critique philosophique. [Lire gratuitement la suite (1) - (2)]

 

L'encyclique Laudato si'

L'encyclique et l'économiste

François Meunier
N° 152 Hiver 2015

Perplexités

Rémy Prud’homme
N° 152 Hiver 2015

L'encyclique du pape François fait grand bruit. Il n'y est pas question de théologie mais d'environnement, d'économie, de politique et de société. Elle mérite, dans une revue comme la nôtre, une discussion approfondie. Nos lecteurs trouveront donc ici deux articles ; le premier a pour auteur François Meunier, il est moins sévère, plus approbatif que le second, celui de Rémy Prud'homme, qui lui est fondamentalement critique. En lisant ces articles, on confrontera les deux analyses, qui ne divergent pas sur tous les points.

Laudato si' se présente sous la forme d'un texte de 250 paragraphes (numérotés, ce qui facilite les citations) regroupés en six chapitres : « Ce qui se passe dans notre maison » ; « L'Évangile de la création » ; « La racine humaine de la crise écologique » ; « Une écologie intégrale » ; « Quelques lignes d'orientation et d'action » ; « Éducation et spiritualité écologique ». [Lire la suite (1) - (2)]

 

La question climatique occulte les vrais problèmes

Guillaume Sainteny
N° 151 Automne 2015

La priorité accordée aujourd'hui au climat, dans les politiques environnementales, par les États, les ONG, les médias, est-elle justifiée ? N'est-elle pas excessive ? Soulever cette simple question apparaît, en soi, iconoclaste et s'apparente à une démarche politiquement incorrecte tant il semble communément admis que « la lutte contre le réchauffement climatique » constitue la mère de toutes les batailles environnementales. Pourtant, interroger la perception commune a souvent du bon et participe de la liberté d'expression, autant que du sens critique. [Lire la suite]

 

Retour sur l'annonce japonaise de retrait nucléaire

Armand Laferrère
N° 140 Hiver 2012

Avant l'accident nucléaire de Fukushima, qui fit suite au tsunami meurtrier du 11 mars 2011, le Japon avait une politique ambitieuse de développement de l'énergie nucléaire civile. Que va-t-il se passer désormais ? [Lire la suite]

 

La politique européenne de l'énergie
Entre les faits et l'air du temps

Jacques Lesourne
N° 149 Printemps 2015

Au moment où à Bruxelles s’est mise en place la nouvelle Commission de l’Union européenne, une analyse critique de la politique européenne de l’énergie telle qu’elle a été développée depuis une dizaine d’années sera particulièrement instructive. Elle suppose d’expliciter les questions relatives au changement climatique, d’évoquer les débats que soulève l’écologie politique et de rappeler les fondements de cette stratégie de l’énergie. Le bilan que l’on peut alors dresser est nuancé, car il combine de graves échecs, des échecs coûteux et quelques réussites qui restent à confirmer. Des suggestions s’en dégagent, destinées aux États membres et à la Commission. [Lire la suite]

 

Géopolitique de l'énergie : vers l'apaisement

Armand Laferrère
N° 139 Automne 2012

L'énergie est sans doute, de tous les domaines de l'économie, celui qui se prête le moins à une simple analyse en termes de marché. Les conséquences liées à une plus ou moins grande abondance, facilité et sécurité de l'approvisionnement énergétique, ainsi qu'à une plus ou moins grande efficience dans l'utilisation de ces ressources, se font sentir bien au-delà du domaine des échanges et des prix et se traduisent dans la puissance relative des nations. La géopolitique de l'énergie est donc l'objet de cet article. [Lire la suite]

 

L'Europe et l'énergie Économie et sécurité

Philippe Esper
Claude Mandil

N° 138 Été 2012

Sans aller jusqu’à la définition d’une politique énergétique commune, qui n’est pas réaliste si l’on entend par là l’harmonisation des bouquets énergétiques des pays européens qui répondent à des logiques et intérêts différents, la sécurité énergétique doit faire l’objet d’une attention particulière, notamment dans le monde instable dans lequel nous vivons. L’Europe, au travers d’un « groupe de progrès » incluant quelques pays européens « qui le veulent et qui le peuvent », doit assumer cette responsabilité en impliquant les outils de défense et de sécurité. [Lire la suite]

 

L'Europe et le nucléaire après Fukushima

Benoît d’Aboville
N° 135 Automne 2011

Fukushima n'est pas Tchernobyl. Toutefois, le niveau technique élevé du Japon, ajouté à l'ombre portée d'Hiroshima et de Nagasaki, ne pouvait qu'induire les opinions à assimiler les deux accidents dans une même contestation du nucléaire et de la fiabilité de ses installations. Dans ce contexte et sous la pression de considérations de politique intérieure, l'Allemagne a décidé, deux mois après l'accident japonais, d'accélérer sa sortie de l'énergie nucléaire et d'investir massivement dans les énergies renouvelables. En raison des incertitudes sur les coûts économiques de ces dernières et les problèmes de sécurité et d'indépendance énergétique, elle n'a pas été, à ce stade, suivie par les plus importants de ses partenaires européens. Il demeure que le nouveau Sonderweg allemand les concerne tous, d'autant que, face à une demande mondiale d'énergie dans un monde en forte croissance, une réduction drastique de la part du nucléaire n'apparaît pas compatible avec les objectifs actuels de lutte contre le réchauffement climatique. [Lire la suite]

 

La France et le changement climatique mondial

Robert Dautray
Dominique Meyer

N° 134 Été 2011

Le changement climatique ne connaît pas de frontières. L'augmentation de l'évaporation des océans due à l'élévation des températures accroît l'humidité de l'air, donc les pluies. D'immenses régions du Pendjab sont inondées. Des vagues de chaleur font brûler les forêts russes. L'Australie vit un cauchemar de pluies diluviennes au nord ou de sécheresses ailleurs. L'Afrique du Sahel et celle de l'Est voient leur bétail mourir sur un sol craquelé par l'arrêt persistant des pluies. Les ouragans dévastent les côtes ouest des grands océans. L'eau devient un bien rare. Beaucoup de rivières comme le Rio Grande s'amenuisent ou disparaissent par évaporation. La neige recouvre l'Europe et de grandes parties des États-Unis. Ainsi, tous les aspects du cycle de l'eau sont accrus. Ces phénomènes, qui peuvent paraître contradictoires, se conjuguent, parmi tant de facteurs, avec une augmentation de la démographie et de l'urbanisation mondiales, ainsi qu'avec une raréfaction des ressources entraînant une hausse des prix, bouleversant ainsi des populations déjà trop pauvres. Ces événements climatiques sont jusqu'à présent moins graves en France mais frappent déjà durement nos voisins européens. En se fondant sur les observations scientifiques internationales de ce changement climatique mondial, nous dresserons un diagnostic en ce qui concerne la France et esquissent les options possibles concernant l'avenir de notre pays. [Lire la suite]

 

La politique de l’énergie. Souvenirs du XXe siècle racontés à mes petits-enfants

Jean Blancard
N° 126 Eté 2009 (I)
N° 127 Automne 2009 (II)

Jean Blancard dans un premier texte raconte comment une industrie pétrolière fut créée en France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En 1945, Pierre Guillaumat, qui avait joué un grand rôle dans la Résistance, devint directeur des Carburants, au ministère de l’Industrie. Comme lui, son adjoint, Jean Blancard, appartenait au corps des Mines. L’un et l’autre deviendront les artisans de cette nouvelle politique pétrolière. L’un et l’autre joueront un grand rôle dans la politique nucléaire, dans la politique de l’armement et plus généralement en matière industrielle. Le second texte concerne la politique de l’énergie dans son ensemble. Jean Blancard mettra en œuvre la politique décidée en cette matière par Georges Pompidou et Pierre Messmer. [Lire la suite (I) - (II)]

 

Perspectives climatiques pour le XXIe siècle

Hervé Le Treut
N° 121, printemps 2008

Hervé Le Treut, qui appartient à l’Académie des sciences, développe sur la question des changements climatiques un point de vue différent de celui exposé par Armand Laferrère dans l’article ci-dessous. Ainsi se poursuit un débat qui n’est pas près de s’achever. [Lire la suite]

 

Le paradoxe du réchauffement

Armand Laferrère
N° 120, hiver 2007

Sur le problème du réchauffement climatique, Armand Laferrère propose une analyse qui n’est pas tout à fait celle que l’on peut lire partout. Raison de plus pour le lire attentivement, afin de se faire sa propre opinion. [Lire la suite]

 

Énergie Essai de prévision globale (2006-2050)

Paul Caseau
N° 114 Été 2006

Le titre choisi pour cet article est un défi. Nous savons tous que la prévision a été remplacée par la prospective, le futur par les futurs. De sorte qu’un scénario unique passera au mieux pour de la provocation, au pire pour un incorrigible manque d’imagination. [Lire la suite]

 

L'énergie nucléaire en France

Philippe Boulin
Jean-Claude Leny
N° 98 Été 2002

Au cours des derniers mois, nous avons été amenés à constater que la politique énergétique de la France – pour ce qui touche à la production d’électricité – faisait l’objet d’un débat biaisé, ceci étant dû pour une large part au fait que le volet nucléaire de ce problème n’était pas abordé de façon objective. De ce fait, certaines décisions sont indéfiniment reportées, ce qui, à nous yeux, obère gravement l’avenir. [Lire la suite]

 

L'évacuation vers l'espace des déchets nucléaires

François de Rose
N° 94 Été 2001

En l’an 2115, les Nations unies tiendront une grande conférence qui constatera que grâce au développement généralisé de l’énergie nucléaire, l’effet de serre dû à l’utilisation de combustibles fossiles, et qui avait commencé de bouleverser les climats de la planète, avait été sinon totalement éliminé, certains dégâts étant déjà et désormais irréversibles, du moins largement contrôlé. Nous publions ci-dessous l’article que, dans cent quinze ans, notre revue consacrera à l’événement. [Lire la suite]

 

Le nucléaire et l'écologie après Tchernobyl

Marcel Boiteux
N° 86 Été 1999

L’énergie nucléaire vient-elle à son heure pour participer à la sauvegarde de la Création, dans un monde dont les ressources sont menacées par l’explosion du nombre et des appétits des hommes ? Ou bien est-ce le symbole même de la folie technicienne qui s’est emparée de l’humanité et qui la conduira à sa perte ? Entre ces deux opinions extrêmes, les convictions – ou les inquiétudes – oscillent et se cherchent. La catastrophe de Tchernobyl a-t-elle tranché le débat par l’évidence de sa démesure ? [Lire la suite]

 

Environnement : les temps difficiles

Émile Quinet
N° 72 Hiver 1995

Il y a quelques années, des jeunes gens de bonne famille s’avisèrent que la nature n’était pas uniquement faite de bitume, que les arbres ne poussaient pas tous au milieu de grilles de métal. Ayant constaté la vanité des biens de ce monde, ils les laissèrent en garde à leurs parents, et partirent au Larzac munis de leur seul carnet de chèques, pour y élever des moutons. Mais cet élevage a ses difficultés, beaucoup de moutons y sont restés et la plupart des jeunes en sont revenus. [Lire la suite]

 

L'environnement : significations et enjeux politiques

Philippe Moreau Defarges
N° 56 Hiver 1991

La prise de conscience écologique constitue, comme on le sait, l’un des faits majeurs de la fin du siècle. L’homme a toujours été à la fois créateur, bâtisseur, destructeur, prédateur et pollueur. Les ravages, les pillages de la nature sont aussi anciens que l’humanité. Les problèmes de propreté, d’eau, d’ordures se posaient dans la Rome impériale comme dans le Paris du Moyen Âge. Cependant, on constate bien une rupture à la fin du XVIIIe siècle. [Lire la suite]

 

Vers une fiscalité de l'environnement ?

Guillaume Sainteny
N° 56 Hiver 1991

La fiscalité française ignore l’environnement. Cela tient, notamment, au fait qu’historiquement le système fiscal s’est construit dans la négligence absolue de ses éventuels effets sur les écosystèmes. Ce constat, trop banal en lui-même, n’avait pourtant guère suscité écho ni attention jusqu’à présent. Aujourd’hui, il semble enfin sur la place publique et relever du sens commun. [Lire la suite]

 

Libéralisme et défense de l'environnement

Sir James Goldsmith
N° 50 Été 1990

À la mort d’Adam Smith, la population mondiale comptait moins de 900 millions d’âmes. Elle s’est maintenant enflée jusqu’à six milliards. Cette foule immense, utilisant des techniques inventées depuis la révolution industrielle du XIXe siècle, a causé de graves dommages à notre planète.
Notre tâche consiste  à réparer ces dégâts et à permettre le développement de sociétés, diverses et stables, au sein desquelles des hommes et des femmes libres pourront vivre en accord avec leurs propres cultures et traditions et en harmonie avec leur environnement. [Lire la suite]

*
*  *

Le numéro d'été est en ligne www.commentaire.fr

Et retrouvez également sur notre site la collection complète de la revue.

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova
116 rue du Bac – 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2019 Commentaire - Tous droits réservés
twitter
facebook
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel