Logo
Du côté de l'Angleterre

La lettre du vendredi 16 septembre 2022

Madame de Staël flattait le Tsar Alexandre et décrivait son « despotisme bienveillant », il lui répondit : « Madame, ce n’est qu’un heureux hasard. »
Les Anglais savent cela, et, depuis la fin du xviie siècle, ils ont imposé que chez eux la Reine ou le Roi règne mais ne gouverne pas. Comme ils ont su en politique, à la fois, changer et conserver, leur monarchie a survécu et couronne leur démocratie. La triste disparition de la reine Élisabeth II nous invite à découvrir ou à relire quelques articles que Commentaire a consacré à l’Angleterre.

Cinq ans après le référendum sur le Brexit

Timothy Garton ASH
n° 175 – automne 2021

 

image

Malgré les magnifiques photos qu'a permises le récent sommet du G7 en Cornouailles, l'influence internationale de la Grande-Bretagne a nettement diminué. En Cornouailles, le Royaume-Uni et les États-Unis ont promulgué une Nouvelle Charte de l'Atlantique pour marquer le 80e anniversaire de la Charte de l'Atlantique originelle, signée par Churchill et Roosevelt en 1941. Catalogue inoffensif de bonnes intentions, elle invite néanmoins à une douloureuse comparaison entre l'influence internationale de la Grande-Bretagne d'alors et celle d'aujourd'hui. Des pays comme l'Allemagne et la France voient leur avenir stratégique dans la « souveraineté européenne » de l'Union européenne, cette même organisation que la Grande-Bretagne vient de quitter. T. G. A. [Lire l’article]

 

La naissance du méthodisme en Angleterre

Élie HALÉVY
n° 69/70 – printemps/été 1995

 

image

L’Angleterre fut l'initiatrice de l'irréligion européenne. C'est le temps où Voltaire et Montesquieu, franchissant le détroit, découvrirent avec ravissement un pays où l'incrédulité était de bon ton et où il était admis que l'on pût être, tout à la fois, bon citoyen et mauvais chrétien. Mais, après avoir, pendant cinquante ans (1688-1738), fait profession de scepticisme religieux, elle eut son « réveil » puritain : c'est en 1739 que la crise éclata, et elle a laissé, dans la conscience du peuple anglais, des traces indélébiles. Étudier ce réveil, et en connaître les causes, ce serait expliquer pourquoi l'Angleterre moderne est restée une nation puritaine. É. H. [Lire la première partie] [Lire la seconde partie]

 

Taine et l'Angleterre

François LÉGER
n° 66 – été 1994

 

image

Taine, qui peinait depuis cinq ans sur la littérature anglaise dont il avait entrepris d’écrire l’histoire, comprit au début de 1860 que sa tâche lui serait facilitée s’il allait voir un peu sur place ce qu’était l’Angleterre où il n’avait jamais mis les pieds. Des carnets relatant les « choses vues » durant son séjour outre-Manche, il tira dix ans plus tard ses Notes sur l’Angleterre, dont François Léger nous raconte l’histoire dans cet article. [Lire l’article]

 

Comprendre le conservatisme britannique

Franck LESSAY
n° 119 – automne 2007

 

image

Le conservatisme a son pays d'élection, qui est l'Angleterre. Aussi n'y a-t-il rien que de très naturel à ce que l'interrogation sur ce qu'il est se déplace vers des champs de réflexion connexes : la perception historique dont il est indissociable ; la compréhension du destin national dont il est un point d'appui ; le rapport paradoxal qu'il entretient avec un monde moderne qu'il récuse et, tout à la fois, contribue à façonner. Ce sont là les trois pôles autour desquels s'articule l'enquête de Norbert Col, les trois « essais » qui jalonnent son étude et lui permettent de progresser vers sa cible dans un constant dialogue avec quelques figures tutélaires des différents domaines qu'il explore : Paul Veyne pour l'historiographie, J. C. D. Clark et Linda Colley pour la britannicité, Leo Strauss et Michael Oakeshott pour la modernité. F. L. [Lire gratuitement l’article]

 

Élie Halévy et l'Angleterre

Stéphane GUY
n° 177 – printemps 2022

 

image

Le choix éditorial de réunir dans un même volume ses écrits en lien avec le Royaume-Uni prend tout son sens pour un auteur aussi original et prolifique qu'Élie Halévy. Loin de constituer un assemblage disparate et hétéroclite, cette publication rend profondément justice à la méthode de travail de cet « historien-philosophe », et met en évidence la place qu'occupe l'aire britannique dans le système de pensée halévyien. S. G. [Lire l’article] 

 

L'Europe au miroir de l'Angleterre

Sylvie GOULARD
n° 151 – automne 2015

 

image

Le Premier ministre britannique a lancé un référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne. Il a raison quand il appelle les Européens à agir pour la croissance et la compétitivité, moins quand il demande un statut spécial pour les pays non-membres de la zone euro ou un pouvoir renforcé des Parlements nationaux. Les questions les plus délicates, que la France ne pourra éluder, sont toutefois celles qu'il ne pose pas. S. G. [Lire l’article]

 

La France et l'Angleterre au xviiie siècle
Révolution industrielle et révolution politique

François FURET
n° 117 – printemps 2017

 

image

Au début des années 1970, devant assurer un enseignement économique à Sciences Po, je souhaitais qu’il soit créé un cours parallèle d’histoire économique. Sans le recul de l’histoire, l’analyse économique n’est pas formatrice. Comme je n’étais pas convaincu de la vertu de ce que l’on enseignait auparavant, j’avais suggéré au directeur de l’époque qu’un nouveau cours soit confié à François Furet pour l’Ancien Régime, Maurice Lévy pour le xixe siècle et Raymond Barre (qui rentrait de Bruxelles), pour le xxe siècle. J.-C. C. [Lire gratuitement l'article]

 

Libéralisme et centralisme en France et en Angleterre

Jean MARENSIN
n° 56 – hiver 1991

 

image

S’il est vrai que la réforme de la poll tax a été la pierre d’achoppement qui a finalement fait trébucher Margaret Thatcher, ce projet, sans doute excessif, n’était que la pointe extrême de toute une politique des institutions locales, menée avec continuité tout au long des années 1980, et qui ne tendait à rien de moins qu’à une recentralisation des affaires locales. Dans l'esprit français, qui assimile volontiers libéralisme et décentralisation, une telle politique peut paraître étonnante. Comment Margaret Thatcher qui passe, à juste titre, pour une tenante du libéralisme le plus radical a-t-elle pu en même temps promouvoir le centralisme en matière d'administration territoriale ? J. M. [Lire l’article]

 

Retour à Élie Halévy (1870-1937)
Quelques lettres inédites

Élie HALÉVY
n° 69 – printemps 1995

 

image

Selon Élie Halévy, comprendre l'Angleterre du xixe siècle imposait d'étudier autant la dissidence religieuse que le radicalisme philosophique. Ses réflexions sur le méthodisme préfigurait donc son interprétation de l'histoire anglaise. Voici, à travers quelques lettres inédites, l’histoire de cette recherche sur le méthodisme. J.-C. C. [Lire l’article]

 

Positivisme et religion de l'Humanité en Angleterre

Éric SARTORI
n° 176 – hiver 2021

image

Pour avoir une idée de ce qu'a été – ou aurait pu être – la religion de l'Humanité, évolution ultime du positivisme comtien, ce n'est pas aux positivistes français, plutôt intellectuels et universitaires, ni aux Brésiliens, plus politiques, qu'il faut s'adresser, mais aux positivistes anglais. Cette histoire oubliée du positivisme anglais – que j'ai brièvement abordée dans un numéro précédent de Commentaire (n° 166, été 2019) à propos de L'Autre George, À la rencontre de George Eliot, le beau livre de Mona Ozouf – présente quelque intérêt : un petit groupe d'hommes et de femmes a vraiment vécu, durant une génération, une foi positiviste, et ils n'ont pas été sans influence. É. S. [Lire l’article]

 

La politique d'immigration en Angleterre

Jean-Louis LANGLAIS
n° 52 – hiver 1990

 

image

La mise en service du tunnel sous la Manche, escomptée pour 1993, devrait coïncider avec l'accomplissement du grand marché unique. La Grande-Bretagne entrera-t-elle alors véritablement en Europe ? L'examen de sa politique d'immigration peut laisser quelques doutes à cet égard. Il est à peu près clair que la patrie du libéralisme, la théoricienne du « laisser-passer », le pays offrant traditionnellement l'asile aux réfugiés politiques et aux gouvernements en exil, aura, paradoxalement, en matière d'immigration, une politique plus restrictive que ses partenaires européens. J.-L. L. [Lire l’article]

 

Quand les « doctrinaires » visitaient l'Angleterre au début du xixe siècle

Emmanuel de WARESQUIEL
n° 66 – été 1994

 

image

Au début du xixe siècle, l'Angleterre s'impose surtout comme le modèle politique d'une France en train de faire son expérience constitutionnelle. À droite comme à gauche, l'exemple anglais fascine. Aux séjours forcés de l'émigration succèdent les voyages d'étude auxquels s'adonnent surtout les libéraux. E. de W. [Lire l’article]

*
*  *

 

image

Découvez le nouveau numéro de Commentaire en librairie, en kiosque
et en version numérique sur notre site Internet :
https://www.commentaire.fr/

 

*
*  *

 

Vous souhaitez vous abonner

Profitez de la rentrée pour vous offrir ou offrir à votre entourage un abonnement (1, 2 ou 3 ans)

avec une remise de 15 % sur un abonnement « Papier » ou sur la formule « Duo » (papier & numérique) :

[code promo : 2022AUTOMNE]
(valable jusqu’au 30/11/2022)

Retrouvez toutes nos offres numériques ainsi que nos offres aux étudiants
sur notre site :

www.commentaire.fr/boutique

 

*
*  *

 

image

 

L'émission Commentaire fait sa rentrée !
Le samedi 17 septembre, retrouvez Jean-Marie Colombani et Jean-Claude Casanova en compagnie de leur invitée, l'historienne Françoise Thom,
entre 8 h et 8 h 30 sur Radio Classique et en podcast à tout moment.

Voici le lien : Radio Classique

 

*
*  *

Chaque semaine, la Lettre du vendredi offre à ses lecteurs un ou plusieurs articles en libre accès, au-delà de ce temps, ils redeviennent payants. En effet, la revue s’honore de n’être pas subventionnée par les pouvoirs publics et de ne devoir son indépendance qu’à ses abonnés, à ses lecteurs et à ses amis. Vous pouvez également retrouver l’intégralité des Lettres du vendredi sur notre site Internet, dans la rubrique « Newsletter » : https://www.commentaire.fr/liste-des-infolettres/2022.

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
76, rue des Saints-Pères 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2022 Commentaire - Tous droits réservés
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel