Comprendre les États-Unis d'aujourd'hui

La lettre du vendredi 20 octobre 2017

Commentaire s’est toujours intéressé aux États-Unis et a publié un nombre considérable d’articles, écrits par les meilleurs spécialistes européens ou américains, à propos de ce grand pays dont l’étude est nécessaire à la compréhension de la politique et de l’économie mondiales depuis plus d’un siècle et à celle de la politique démocratique depuis plus de deux siècles.

Pendant la Guerre froide, les États-Unis ont garanti la sécurité de l’Europe occidentale ; ils ont permis par le plan Marshall la reconstruction et la modernisation de son économie ; ils ont  contenu la pression des Russes soviétiques qui occupaient l’Europe orientale et une partie de l’Allemagne. Il fallait donc se préoccuper de leur politique et de leur économie. D’autant que par la science, par les progrès techniques et par la culture de masse, ils jouent un rôle considérable dans l’évolution des sociétés modernes et dans la mondialisation.

Depuis la fin de la Guerre froide, achevée par la libération de l’Europe orientale et accompagnée par la fin de l’autarcie en Russie, en Chine, en Inde et en Amérique latine, le monde n’est plus simplement régi par la confrontation Est-Ouest, mais les États-Unis restent un acteur essentiel de la politique et de l’économie mondiale. Ils jouent un rôle déterminant en Asie centrale et au Moyen-Orient, contrées en état permanent de fermentation et dans lesquelles la sécurité d’Israël pourrait être menacée.

 

L’Amérique depuis l’élection du Président Obama et celle de Donald  Trump paraît plus incertaine dans sa politique étrangère. Et Donald Trump introduit dans l’évolution interne de son pays des éléments qui intriguent, parfois inquiètent, les Européens à propos , à la fois,  du bon fonctionnement de la démocratie américaine, de son rôle dans le monde et de ses relations avec l’Europe. Doutes, interrogations qui doivent susciter des analyses, des articles comme ceux-ci, parmi beaucoup d’autres, que Commentaire a publiés en 2017 et en 2007.

Jean-Claude Casanova

Giuseppe Sacco

Les valeurs fondatrices de l’Amérique sont « le respect de la loi et de la dignité de chaque individu, indépendamment de son origine, de la couleur de sa peau, de sa religion, de son genre, de son orientation sexuelle ou de ses idées politiques ». Aucune mention n’est faite d’une garantie contre la discrimination pour l’âge. Et pourtant de là vient la tragédie dont a été victime une génération entière d’Américains, la génération qui est à l’origine du succès de Donald Trump, et de l’énorme secousse que l’Amérique vient de donner à la globalisation, et au système mondial dont les États-Unis ont, jusqu’ici, été le centre et le moteur.

 

Adam Garfinkle

La politique étrangère de Donald Trump reste mystérieuse. Trois voies sont possibles : poursuivre la politique menée depuis 1947, choisir une politique erratique et plus solitaire ou bien encore prendre froidement le monde tel qu’il est et adopter une politique totalement réaliste. Cet article a paru en anglais dans The American Interest, dont Adam Garfinkle est l’editor. Le texte avait été rédigé avant l’investiture de Donald Trump. Adam Garfinkle a bien voulu le mettre à jour pour Commentaire.

Nicholas N. Eberstadt

Selon l’auteur les choses vont mal en Amérique depuis le début du XXIe  siècle. Le travail, le revenu, la santé, la mobilité sociale, tout se détériore et montre que les États-Unis sont entrés dans une ère de détresse. C’est la thèse pessimiste qu’avance et démontre Nicholas Eberstadt qui est aussi l’auteur d’un ouvrage remarqué : Men without Work : America’s Invisible Crisis (2016).

Armand Laferrère

Depuis son élection, Donald Trump suscite des déferlements de rage de la part de l’opposition américaine et dans l’opinion européenne. Cet assaut de critiques traduit, pour une part, les faiblesses réelles du nouveau Président. Mais il est aussi révélateur de l’incapacité qu’éprouve l’opposition à Trump à apporter une réfutation politiquement porteuse de son programme. Trump, en tacticien consommé, a su catalyser la rage de ses adversaires pour les pousser à aller trop loin et y trouver un bénéfice politique.

Justin Vaïsse

Cet article tente une synthèse de la présidence Obama à la fin de son premier mandat, et surtout il dresse le bilan de la politique étrangère de Bush junior.

Denis Lacorne

Denis Lacorne, un des meilleurs spécialistes français de l’histoire et de la politique des États-Unis étudie les « Réveils évangéliques ». On verra comment Michel Chevalier et Alexis de Tocqueville interprétèrent la religiosité des Américains. On mesurera aussi combien le « rapport entre religion et politique est constitutif de l’identité nationale américaine depuis trois siècles ».

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova
116 rue du Bac – 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2017 Commentaire - Tous droits réservés
twitter
facebook
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien