Logo
Aux urnes !

La lettre du vendredi 15 avril 2022

Au premier tour, on s’exprime. Avant le second tour, avant de se prononcer, on réfléchit aux effets qu’auraient pour la France et pour l’Europe l’élection de Marine Le Pen ou celle, plus souhaitable et plus vraisemblable, d’Emmanuel Macron. Les lecteurs de Commentaire savent qu’en politique le discernement commence par la réflexion sur les conséquences. L’élection de Marine Le Pen entraînerait une crise constitutionnelle, puisque, à l’instar de Jean-Luc Mélenchon, elle souhaite s’affranchir des règles de révision de la Constitution. Il s’ensuivrait aussi une crise financière et économique grave, à laquelle s’ajouterait une rupture au sein de l’Union européenne qui procurerait à Vladimir Poutine et à Donald Trump de grandes satisfactions. Voici quelques articles de la revue sur cette élection et sur la politique française.

Continuons avec Macron

Philippe RAYNAUD
n° 177 – printemps 2022

 

image

Il y a une question qui ne fait aucun doute : ce qui entretient le plus l'hostilité envers Emmanuel Macron dans des milieux conservateurs qui débordent le cercle relativement restreint de la droite la plus dure, c'est l'idée que ce jeune Président au style « américain » représenterait la forme française de tout ce qui, en Europe et aux États-Unis, tend à détruire l'héritage culturel (et religieux) des vieilles nations. Je dis au contraire que, à mes yeux, c'est précisément sur ces questions décisives qu'il fait preuve d'une vision plus claire que ses concurrents, et que c'est en partie grâce à lui que la France résiste mieux que d'autres aux forces nouvelles qui minent les vieilles démocraties sans pour autant flirter avec des régimes ou des leaders qui, de l'Amérique de Trump à la Hongrie d'Orbán en passant par la Russie de Poutine, ne manquent pas d'amis dans les diverses familles de la droite française. Ph. R. [Lire gratuitement l’article]

 

Pour Macron

Jean-Claude CASANOVA
n° 77 – printemps 2022

 

image

Dans ces temps troublés, le poids économique de la crise de la Covid, l'endettement des économies occidentales, la montée de l'inflation, la menace russe, l'explosion démographique de l'Afrique, la fragilité de l'Europe, l'incertitude américaine, tout cela fait que cette situation sans précédent est historiquement difficile et dangereuse pour la France. Voici les quatre arguments qui me feront voter pour Emmanuel Macron. J.-C. C. [Lire gratuitement l’article]

 

Pourquoi je voterai Pécresse

Philippe TRAINAR
n° 177 – printemps 2022

 

image

L'intelligence, l'habileté et la capacité d'écoute de l'hôte actuel de l'Élysée ont clairement contribué à ces succès. Dans ces conditions, pourquoi voter Pécresse ? La relance souhaitable du nucléaire ne rapproche-t-elle pas les deux candidats plutôt qu'elle ne les sépare ? Trois raisons principales nous semblent toutefois autoriser une décision sans attendre. Ph. T. [Lire gratuitement l’article]

On vient de lire les premières lignes de cet article, rédigé bien avant le premier tour. On sait que Valérie Pécresse a perdu. Elle a dit avec clarté et courage quelle attitude elle recommanderait et adopterait au second tour. Ajoutons que son programme mérite d’être encore étudié et de rester présent à l’esprit des observateurs de la future politique économique de la France.

 

Sur la gauche radicale : le vote Mélenchon

Jérôme FOURQUET
n° 159 – automne 2017

 

image

Par les thématiques qu'il a portées, par le type de campagne qu'il mit en œuvre lors de l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a suscité un engouement dans le pays et notamment dans la jeunesse. D'après les données de l'Ifop, il a viré en tête parmi les 18-24 ans avec un score de 29 %, contre 23 % pour Emmanuel Macron et 21 % pour Marine Le Pen. Le niveau du vote pour le leader de la France insoumise se tasse ensuite dans les tranches d'âge intermédiaires, avant de décrocher très nettement parmi les seniors, majoritairement acquis à François Fillon, et dans une moindre mesure à Emmanuel Macron. Cette segmentation par âge du vote Mélenchon n'est pas sans rappeler le profil des électorats de Podemos en Espagne, de Corbyn en Grande-Bretagne ou bien encore de Sanders aux États-Unis. J. F. [Lire gratuitement l’article]

 

Le vote des Gilets jaunes

Olivia GRÉGOIRE
n° 167 – automne 2019

 

image

Entre novembre 2018 et mai 2019, la France a traversé deux moments politiques inédits avec l'apparition des Gilets jaunes et, en réponse, l'organisation du Grand Débat national. Pourtant, il ressort du suffrage du 26 mai 2019 une relative stabilité des rapports de force constitués avant l'éclosion des Gilets jaunes. Il n'y a pas eu de chute du parti majoritaire ou de triomphe d'un parti alternatif. En dépit de son échec à constituer une liste fédératrice, il ne s'agit pas de remettre en cause la réalité et l'ampleur du moment et du mouvement des Gilets jaunes, mais il faut déterminer la nature de leur influence sur le jeu politique. O. G. [Lire l’article]

 

Gauche, droite et vote populaire

Florent GOUGOU et Pierre MARTIN
n° 145 – printemps 2014

 

image

Le vote des milieux populaires a bénéficié d'un regain d'intérêt ces dernières années. Au cœur des préoccupations de la gauche depuis sa défaite traumatisante de 2002, la question a pris une nouvelle dimension à la veille des élections de 2012. La plupart des observateurs diagnostiquent un recul de la gauche dans l'électorat populaire plus ou moins compensé par une progression dans les couches salariées supérieures, une double dynamique qui serait liée à l'abandon du réformisme social par le Parti socialiste et à la promotion d'un réformisme sociétal. En parallèle, de nombreux chercheurs s'interrogent sur la signification du vote des milieux populaires en faveur du Front national. L'objectif de l'article est d'analyser les phénomènes réels qui fondent ces analyses et prises de position. F. G. et P. M. [Lire l’article]

 

Le vote des cadres et des professions intellectuelles

Bruno JEANBART
n° 99 – automne 2002

 

image

Depuis l'échec retentissant de l'ancien Premier ministre Lionel Jospin lors du premier tour de l'élection présidentielle, de nombreuses analyses ont souligné le déficit du candidat socialiste et de la « gauche plurielle » auprès de catégories populaires qui se sont massivement réfugiées dans l'abstention, voire dans un vote de rupture en faveur de l'extrême droite ou d'une partie de l'extrême gauche. Si Lionel Jospin a failli dans sa capacité à rassembler et à mobiliser son électorat naturel, est-il parvenu pour autant à convaincre le « flanc droit » censé composer cette « nouvelle alliance », à savoir les classes moyennes, et notamment les cadres ? B. J. [Lire l’article]

 

Emmanuel Macron peut-il perdre
la prochaine élection présidentielle ?

Frédéric DABI
n° 173 – printemps 2021

 

image

Réélection ou défaite d'Emmanuel Macron ? De quels atouts dispose-t-il après quatre ans de mandat ? Quelles sont les fragilités du « locataire de l'Élysée » ? Cette périphrase est justifiée par le fait qu'aucun président français n'a été réélu à l'issue de son quinquennat… Y aura-t-il une exception Macron ? C'est à cette question que tente de répondre Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'IFOP, le plus ancien institut de sondages français. [Lire gratuitement l’article]

 

Les conséquences des élections présidentielles

Vincent FERÉ
n° 157 – printemps 2017

 

image

L'élection présidentielle au suffrage universel reste l'élection majeure et le président de la République conduit effectivement la politique de la France. Ce scrutin a entraîné des évolutions politiques profondes : la bipolarisation ou, plus récemment, l'institutionnalisation des primaires. Pour autant, il n'est jusqu'alors pas parvenu à résorber la crise de la représentation politique et sans doute est-il d'une certaine façon un obstacle à sa résolution. À l'heure des choix historiques qui attendent la France et l'Europe, on peut considérer que cette élection a jusqu'à présent contribué à détourner les politiques et les citoyens des vrais enjeux. Cela dit, rien n'indique que les Français aspirent à un changement institutionnel profond auquel, par ailleurs, personne ne les invite franchement à réfléchir. V. F. [Lire l’article]

 

Voter par Internet
Un futur proche

Élisabeth LULIN
n° 91 – automne 2000

 

image

Voter par Internet : ce qui nous aurait paru, il y a quelques années encore, n'être que l'une de ces perspectives utopiques que tracent les chantres des nouvelles techniques est aujourd'hui bel et bien du domaine de la réalité. Aux États-Unis, après différentes simulations, c'est une élection bien réelle, ayant valeur légale, qui a utilisé le vote par Internet en mars dernier : la primaire démocrate de l'Arizona. Mais ce n'est pas tout. Pour l'avenir – un avenir très proche – les projets s'accumulent. É. L. [Lire l’article]

 

Le vote Le Pen

Pascal PERRINEAU
n° 55 – automne 1991

 

image

Viennent les débuts des années 80 : une France en crise épuise les charmes de l'alternative politique et se découvre, en 1983-1984, déçue, esseulée et sans repères. Jean-Marie Le Pen exploite ces déceptions, désigne des coupables et capitalise les rancœurs. Depuis, même en conjoncture plate, le leader du FN et ses thèmes favoris (immigration, insécurité, identité nationale) ont si profondément « contaminé » l'agenda politique en France que le débat se structure autour d'eux. N'est-ce pas un Premier ministre socialiste, Laurent Fabius, qui, en septembre 1984, parlait des « vraies questions » que pose l'extrême droite ? P. P. [Lire l’article]

*
*  *

 

image

Retrouvez le n° 177 de Commentaire en librairie, en kiosque
et en version numérique sur notre site Internet :
https://www.commentaire.fr/

 

*
*  *

 

À noter

 

Dans notre boutique en ligne, vous pouvez, avec paiement sécurisé par carte bancaire,

– vous abonner, vous réabonner ou offrir un abonnement : Abonnement

– acheter des numéros (papier, numérique ou couplé) : Achat au numéro

– acheter des articles : Achat d'articles

 

Crédit d’impôt pour le premier abonnement à une publication trimestrielle

Si vous êtes contribuable domicilié en France et souscrivez pour la première fois un abonnement d’un an à notre revue, vous pouvez bénéficier du crédit d’impôt de 30 % (visé à l’article 200 sexdecies du CGI). Reçu fiscal sur demande à infos@commentaire.fr

 

Commentaire a besoin de votre soutien.

 

*
*  *

 

image

 

Retrouvez sur le site de Radio Classique l'émission de Jean-Claude Casanova et Jean-Marie Colombani en direct le samedi de 8 h à 8 h 30 et en podcast à tout moment.

Voici le lien : Radio Classique

 

*
*  *

Chaque semaine, la Lettre du vendredi offre à ses lecteurs un ou plusieurs articles en libre accès, au-delà de ce temps, ils redeviennent payants. En effet, la revue s’honore de n’être pas subventionnée par les pouvoirs publics et de ne devoir son indépendance qu’à ses abonnés, à ses lecteurs et à ses amis. Vous pouvez également retrouver l’intégralité des Lettres du vendredi sur notre site Internet, dans la rubrique « Newsletter » : https://www.commentaire.fr/liste-des-infolettres/2022.

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
76, rue des Saints-Pères 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2022 Commentaire - Tous droits réservés
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel