Au cœur du numéro 171 (1/2)

La lettre du vendredi 18 septembre 2020

Le numéro d’automne de la revue, n° 171, est disponible en kiosque, en librairie et sur notre site depuis huit jours. Continuons de le découvrir en retenant quelques-uns des articles.

Bonne lecture !

Les nouvelles routes de la soie

Jacques Pelletier

Qu’entend-on par nouvelles routes de la Soie ? L’expression provient du discours de Xi Jing Ping en 2013 – soit quelques mois après sa prise de pouvoir – à Astana au Kazakhstan. « Il s’agit de promouvoir l’amitié de peuple à peuple et de créer un meilleur avenir. » Sept ans plus tard où en sommes-nous ? Quelles formes emprunte ce vaste projet, appelé encore One Belt One Road (OBOR) ou Belt and Road Initiative (B&R) ? Quels dangers présente-t-il ? Quel peut être son avenir ? L’auteur examiner ces questions d’un œil froid. [Lire l'article]

 

9 mai 1950 : la déclaration Schuman

Georges-Henri Soutou

Le 9 mai 1950, le ministre français des Affaires étrangères, Robert Schuman, annonce, dans une déclaration devenue célèbre, la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Le projet suscite l’enthousiasme des opinions publiques et recueille l’approbation des gouvernements allemand, italien, belge, néerlandais et luxembourgeois. Pour la première fois dans leur histoire, il est proposé à ces gouvernements de déléguer une partie de leur souveraineté à une Haute Autorité, supranationale et indépendante. [Lire l'article]

 

Berta Zuckerkandl
Une Européenne aux deux cultures

François-Roger Cazala

La fascinante personnalité de Berta Zuckerkandl (Vienne 1864-Paris 1945) a été un peu oubliée en France, pays d’élection de cette « salonnière » autrichienne, promotrice de la modernité en art, militante de l’identité autrichienne, de la relation franco-autrichienne et d’un projet européen fondé sur l’échange culturel. Il est temps de lui rendre hommage à sa juste valeur : celle d’une incarnation de l’idéal européen. [Lire l'article]

 

Diversité (II)

Christopher Caldwell

Comme nous l’avions dit en présentant le début de cet article, cette étude est tirée d’un important ouvrage publié à New York, intitulé The Age of Entitlement. America since the Sixties (Simon and Schuster, 342 pages). Dans ce livre sont étudiées les réformes américaines des années soixante. Au fil du temps, elles eurent de lourdes conséquences en termes économiques et en termes de liberté et de stabilité sociale aux États-Unis. La loi sur les droits civiques (Civil Rights Act) de 1964, acclamée comme une simple réforme, s’est révélée comme une transformation bien plus profonde. Comme si une nouvelle Constitution apparaissait, rivale de la constitution originelle et souvent en désaccord avec elle. La « polarisation » et l’« incivisme » que l’on déplore aujourd’hui sont des phénomènes graves qui reflètent un affrontement entre deux constitutions : celle de jure de 1788 et celle de facto de 1964. L’évolution politique que décrit Christopher Caldwell inspire, peut-être, l’évolution similaire qui se déroule en Europe. [Lire gratuitement l'article]

 

À la recherche du temps long

Jean-Philippe Duranthon

« — How long is forever ? Sometimes, just one second.
— Sometimes, just one second. »
La versatilité humaine et la relativité des perceptions, que le Lapin Blanc apprend à Alice, ne sont pas le propre du Pays des Merveilles. Mais ce paradoxe temporel soulève aussi une question : comment peut-on agir dans la durée et concilier l’immédiateté de l’évènement et la lenteur des mutations ? Quelle échelle temporelle doit-on choisir pour comprendre une réalité nécessairement évolutive et agir sur elle ? [Lire l'article]

 

Second tour des municipales
Vagues vertes sur une mer d’indifférence

Pierre Martin

Le premier tour des élections municipales s’est tenu le 15 mars. Nous en avons rendu compte dans le numéro 170 de la revue. Le second tour, le 28 juin, plus de trois mois après le premier, a confirmé les dynamiques du premier : abstention record, percée écologiste dans les grandes villes, échec de La République en marche. La décomposition/recomposition du paysage politique français continue malgré la bonne tenue des partis traditionnels. [Lire l'article]

 

Souvenirs de la IIIe République (II)

Charles Pomaret

En publiant le début de ces souvenirs dans le précédent numéro nous avons dit qui était Charles Pomaret. Voici la deuxième partie qui traitent d’un parlementaire socialiste qui deviendra président de la République, d’un président de la chambre des députés qui ne parviendra pas à l’Élysée, d’un Normand économe et ministre des Finances, de trois homonymes de grand prestige et sans lien de parenté : les Bérard, de quatre députés de la Corse différents et proches, d’un journaliste qui se perdit dans la collaboration et d’un autre journaliste bien plus intelligent, héros et martyr de la Résistance, dont la dépouille repose au Panthéon. Dans ces textes vieux d’un demi-siècle on respire le parfum parlementaire de cette République défunte qui manqua d’énergie mais cultivait les talents. [Lire l'article]

 

Chronique des postures ordinaires

André Perrin

De temps à autre, au gré des événements et de leur traitement dans les médias, André Perrin offrira à nos lecteurs une chronique des postures ordinaires... ou des impostures extraordinaires. [Lire gratuitement l'article]

 

Retour sur Clemenceau et Monet

Jean-Thomas Nordmann

­La retraite de Clémenceau, au lendemain de son échec à l’élection présidentielle de 1920, loin d’être inactive témoigna d’une indomptable vitalité. S’il traite par le mépris, en n’y paraissant jamais, le privilège que lui a accordé l’Académie française, qui l’a élu sans qu’il ait eu à poser sa candidature, Clemenceau ne cesse d’écrire, ce qu’il a toujours fait. Journaliste né, il réagit quasi instinctivement par la plume. Les dernières années de sa vie lui offrent l’occasion de coordonner l’ensemble de ses vues dans une grande synthèse, Au soir de la pensée qui mériterait un examen approfondi car on y trouve les idées directrices des autres ouvrages que Clemenceau publie dans les années vingt et notamment de l’étude : Claude Monet. Les Nymphéas qui nous retiendra ici. [Lire l'article]

 

Une chronique des passions françaises : Baron noir

Philippe Raynaud

L’hiver 2019-2020 nous aura au moins apporté un vrai plaisir : la sortie, et le succès mérité, de la troisième saison de la série Baron noir que Philippe Raynaud prend ici comme un révélateur des passions politiques françaises, qui en dit plus que beaucoup d’analyses journalistiques ou même universitaires. [Lire gratuitement l'article]

À nos abonnés, à nos lecteurs,


Pour découvrir et lire le numéro 171 Automne 2020 et les suivants, aussi bien dans leur version papier que numérique, nous vous proposons de souscrire un abonnement couplé « Duo » à un tarif avantageux.

Découvrez notre nouvelle offre « DUO » sur notre site : Boutique/Abonnement

Pour nos abonnés qui renouvellent leur abonnement ou pour nos lecteurs qui souscrivent un premier abonnement, nous les invitons à le faire dans notre boutique en ligne :

  • avec, de préférence, un règlement sécurisé par carte bancaire,
  • sinon, par virement en cochant « par chèque » (IBAN : FR76 3000 4001 5800 0101 1720 391 – BIC : BNPAFRPPPGB) en précisant votre nom ou votre numéro d’abonné pour un réabonnement.

Nous vous remercions de votre compréhension, 

Commentaire a besoin de votre soutien.

 

*
*  *

 

Retrouvez dès demain en direct et sur le site de Radio Classique l'émission de Jean-Claude Casanova et Jean-Marie Colombani.
Voici le lien : Radio Classique

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
116, rue du Bac 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2020 Commentaire - Tous droits réservés
twitter
facebook
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel