Au cœur du numéro 168

La lettre du vendredi 13 décembre 2019

 

Le numéro de Commentaire vient de paraître. Il aborde de nombreux sujets. Continuons d’en donner un aperçu. Voici quelques articles dont nous n’avons pas parlé la semaine dernière et qui traitent d’importantes questions.
Les élections municipales approchent. Peut-on traiter de l’avenir de Paris, autrement qu’en énumérant les candidatures ?
La question de l’immigration est devenue centrale en Europe et en Amérique. À ce propos des visions contradictoires de la société se heurtent.
Les sciences sociales sont-elles neutres ou militantes, comme articuler science et politique ? 
Les universités françaises peuvent-elles se réformer ? Une initiative novatrice est étudiée.
Le Louvre consacre une grande exposition à Léonard de Vinci. Un grand historien avait consacré un article aux relations entre la France et Vinci.
Certains animaux peuvent éprouver de la douleur. Quelles conséquences nos sociétés doivent-elles tirer de cette constatation ? Ce qui renvoie à la question animale.

Paris 2020 : jeux et enjeux

Alexandre Gady

Si l'on aime Paris et que l'on s'inquiète de son avenir, proche et lointain, l'élection municipale de mars prochain constituera sans doute un observatoire intéressant, puisqu'elle sera l'occasion de poser un certain nombre de constats et d'envisager différents projets, plus ou moins crédibles sur les plans intellectuel et budgétaire. Elle offrira également l'opportunité d'examiner le bilan de l'équipe sortante, points forts comme points faibles, même si l'on sait la maire actuelle peu portée sur les critiques. Les habituels excès des joutes électorales risquent de gêner une réflexion plus large, inscrite dans le temps long de l'histoire de la capitale. [Lire la suite]

 

Sur limmigration 

Joshua Mitchell

Joshua Mitchell, professeur à Georgetown, s’attache à éclairer la question de l’immigration Découpé en dix paragraphes comme autant de paliers argumentatifs, ce texte tente d’apporter des pistes de réponse à une interrogation que ses étudiants au Moyen-Orient, où il enseigne la moitié de l’année, lui soumette : « Pourquoi laissez-vous vos frontières ouvertes ? Vous, Américains et Européens, avez-vous honte de vos pays au point de vouloir y renoncer complètement ? » Tâchant de ne pas tomber dans l’écueil de la politique de l’identité ni du désir de voir disparaître toute frontière, il met le doigt sur les raisons pour lesquelles il est si difficile pour les Américains et les Européens de discuter des frontières nationales et de l’immigration. [Lire la suite]

 

Catholicisme et immigration

Jean-Philippe Vincent

Le pape François prône un accueil inconditionnel des étrangers et des migrants. Ce discours sied-il à un pontife qui est en principe l'interprète d'une doctrine infiniment plus complexe, nuancée et surtout beaucoup plus rigoureuse et respectueuse du droit des États ? Dans ce qui suit, on confronte l'actuelle position catholique sur l'immigration avec la doctrine traditionnelle héritée notamment de saint Thomas d'Aquin. Les divergences ne sont pas minces. [Lire la suite]

 

Les sciences sociales entre scientisme et politique

Dominique Schnapper

L'ambition originelle de la sociologie, terme inventé par Auguste Comte au xixe siècle, était bel et bien de soumettre la connaissance de la société à la même rationalité que la connaissance scientifique et technique qui était en train de révolutionner le monde. Des questions restent ouvertes aujourd'hui et sujets de débats : l'utilisation de méthodes scientifiques permet-elle de saisir l'homme et de qualifier ces disciplines de sciences ? Comment articuler, d'autre part, sciences sociales et politique ? [Lire la suite]

 

Vers de véritables universités en France

Bernard Bobe

Deux faits porteurs d'avenir feront probablement évoluer le « baroque universitaire français » déjà analysé dans cette revue. La création de l'Institut polytechnique de Paris met en place les conditions pouvant permettre l'instauration, en France, d'une véritable université scientifique et technologique. En créer d'autres ensuite ? La procédure « Parcoursup » oriente et sélectionne les bacheliers vers des filières où ils auront des chances de réussir, ce qui peut permettre aux établissements publics d'enseignement supérieur à caractère professionnel de devenir, s'ils le veulent, de véritables universités autonomes. [Lire la suite]

 

Léonard de Vinci et la France 

Yves Renouard 

Notre ami Marc Fumaroli, qui prépare pour notre prochain numéro un article sur Léonard de Vinci, nous recommande de publier ce texte d'Yves Renouard qui illustre bien les relations entre Léonard de Vinci et la France et qui accompagnera pour nos lecteurs leur visite à l'exposition du Louvre. Nous remercions François Renouard de nous avoir autorisé à le publier. Il avait paru en 1953 dans un volume de mélanges : Hommage à Lucien Febvre. Yves Renouard (1908-1965) a été doyen de la faculté des lettres de l'université de Bordeaux puis professeur à la Sorbonne. Il a présidé le Comité français des sciences historiques jusqu'à sa mort. [Lire gratuitement la suite]

 

Lettre à un antispéciste 

Gérald Bronner

Le 24 août dernier s'est tenue « la Journée mondiale pour la fin du spécisme ». Cette journée de mobilisation a été initiée par un mouvement « antispéciste », qui prétend combattre la discrimination fondée sur le critère de l'espèce. Cette idée fut popularisée par le philosophe australien Peter Singer connu pour la publication d'un livre, La Libération animale, dans lequel il défend l'idée que les animaux – ceux capables d'éprouver de la douleur ou du plaisir – doivent être considérés comme moralement égaux aux êtres humains. L'antispécisme n'est pas qu'une spéculation philosophique, il inspire certains groupes d'activistes, comme ceux qui attaquent des boucheries ou des fromageries. L'antispéciste est une des formes radicales de la préoccupation pour la vie animale. Cette préoccupation n'est pas illégitime, mais elle nécessite la réflexion. Cet article propose sous la forme d'une lettre adressée à un antispéciste les arguments du débat, lesquels vont de la violence de ces mouvements à une interrogation sur la notion de « droit animal ».  [Lire la suite]

 

La question animale avait déjà été abordée, sous d’autres angles, dans des numéros précédents de Commentaire.

 

Pourquoi accorder des droits aux animaux ?

Aurélien Barrau et Louis Schweitzer
N° 166 Été 2019

« Depuis la Révolution française, les personnes dont les droits sont reconnus deviennent de plus en plus nombreuses. D'abord les citoyens français imposables avec le suffrage censitaire, puis tous les citoyens français avec le suffrage universel, qui ne le devient réellement qu'avec son extension aux femmes en 1945, sans oublier l'abolition de l'esclavage de 1848. Et si le temps était venu de faire entrer les animaux dans ce cercle émancipateur ? » Voilà la thèse qu'Aurélien Barrau et Louis Schweitzer défendent. [Lire la suite]

 

L’animal aujourd’hui : mauvaises avancées d’une juste cause

Rémy Libchaber
N° 167 Automne 2019

Le débat sur la situation de l'animal est devenu intense et se livre aussi sur le terrain juridique. Dans le Code civil de 1804, les animaux étaient considérés comme des biens, et plus précisément comme des meubles – c'est-à-dire comme des biens déplaçables, par opposition aux immeubles fixes. La loi du 16 février 2015 a modifié cette situation en créant un article 515-14, au terme duquel : « les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens ». Cet article fait la transition entre le premier Livre du Code, consacré aux personnes et à la famille, et le second consacré aux biens. Les animaux paraissent ainsi échapper à la catégorie des biens, sans pour autant entrer dans celle des personnes. [Lire la suite]

Bientôt les fêtes, abonnez-vous à Commentaire numérique
 et profitez d’une remise !

 

Commentaire, les articles, la revue, les archives sont disponibles en PDF et en HTML sur notre site internet commentaire.fr

C’est un accès exhaustif et numérique à tous nos articles depuis 1978 : des offres de lecture sur tous les supports, sous forme d’abonnement, d’achat au numéro ou à l’article.

Aujourd’hui, nous aimerions vous faire bénéficier d’une remise de 10% sur l’abonnement numérique simple, l’abonnement pour 4 numéros par an.

Bénéficiez de 15 % sur l’abonnement numérique 100 % avec accès aux archives illimitées pendant la durée de votre abonnement. Cet abonnement vous permettra de télécharger les articles de la lettre du vendredi.

Pour les étudiants, bénéficiez de notre offre promotionnelle de 20% sur votre abonnement numérique (seul ou 100 %).

Pour vous abonner, cliquer sur le lien https://www.commentaire.fr/boutique/abonnement

Codes promotionnels :

- Numérique seul (1, 2 ou 3 ans) : 2019NUM

- Numérique 100 % (1, 2 ou 3 ans) 2019NUM100

- Étudiant Numérique (seul ou 100 %) 1 an : 2019NUMETUD

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova
116 rue du Bac – 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2019 Commentaire - Tous droits réservés
twitter
facebook
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel