Logo
Au cœur du n° 173 (I)

La lettre du vendredi 12 mars 2021

Le numéro de printemps de Commentaire, n° 173, est disponible pour nos abonnés qui le recevront, pour nos lecteurs qui l’achèteront en librairie ou en kiosque, pour ceux qui le consultent sur notre site. 

Signalons quelques articles autour de trois thèmes : la politique et notamment la prochaine élection présidentielle française, l’économie et la société, l’histoire.

Voici un aperçu de ces articles.

 

image

POLITIQUE

Emmanuel Macron peut-il encore perdre la prochaine élection présidentielle ?

Frédéric Dabi

image Poser à quatorze mois du scrutin présidentiel la question de son issue constitue un défi, un piège pour tout analyste de l’opinion publique. Pour autant, les difficultés de l’analyse ne délégitiment pas la question : réélection ou défaite d’Emmanuel Macron en mai 2022 ? De quels atouts dispose-t-il après quatre ans de mandat ? Quelles sont les fragilités du « locataire de l’Élysée » ? Cette périphrase est justifiée par le fait qu’aucun président français n’a été réélu à l’issue de son quinquennat… Y aura-t-il une exception Macron ? [Lire l'article]

 

La Ve République selon De Gaulle

Philippe Raynaud

Il se trouve que les références à De Gaulle jouent encore un rôle important dans la rhétorique politique et singulièrement dans les périodes d'élection présidentielle, où, pour parler comme Royer-Collard, le « gaullisme » coule à pleins bords. L'élection présidentielle reste l'élection décisive, qui mobilise plus d'électeurs que toutes les autres, et qui obéit à des règles qui ne sont pas celles des démocraties parlementaires, ne serait-ce que par la limitation ou la dénégation du rôle des partis qu'alimente le motif incontournable de la « rencontre d'un homme et d'un peuple », malgré le faible score au premier tour de la plupart des présidents élus depuis 1995. On se propose ici de revenir sur la manière dont De Gaulle a conçu la fonction présidentielle, pour voir jusqu'à quel point sa pratique a pu illustrer cette vision inédite et pour comprendre un modèle qui continue de peser dans notre vie politique, alors même que sa capacité à répondre aux problèmes qui se posent à la société française semble loin d'être avérée. [Lire l'article]

 

Deux fractures électorales majeures. Mitterrand 1981, Macron 2017

Alain Duhamel

La conquête électorale est la forme la plus démocratique d'accès au pouvoir, bien plus qu'un arrangement parlementaire. C'est d'ailleurs encore plus vrai lorsqu'elle passe par une élection personnelle comportant plusieurs candidats que sous la forme simplificatrice d'un référendum. Ce n'est pas pour autant un long fleuve tranquille, moins encore un exercice immuable. Sous la Ve République deux élections présidentielles ont marqué plus que les autres, parce qu'elles ont à la fois symbolisé et provoqué des ruptures franches et profondes des équilibres politiques : le 10 mai 1981, puisque l'élection de François Mitterrand déclenche la première véritable alternance depuis 1958, la première arrivée au pouvoir de la gauche en 23 ans, une césure quasi historique ; et puis le 7 mai 2017, car l'élection d'Emmanuel Macron à la tête de l'État a balayé toutes les règles, toutes les traditions, tous les rites politiques habituels. [Lire l'article]

 

Le populisme des mœurs. Le cas italien

Salvatore Abbruzzese

image En Italie, les victoires du Mouvement Cinque Stelle (aux élections législatives de 2018) et de la Lega per Salvini (aux élections européennes de 2019) ont été perçues comme des exemples de la dérive populiste qu'affrontent les démocraties européennes. La spécificité italienne tient au rapport entre l'État et l'Église catholique. Cet article explicite et situe cet arrière-fond, en rappelant le rôle politique que celui-ci a joué dans la formation de l'Italie républicaine et qui ne cesse d'opérer encore aujourd'hui. [Lire l'article]

 

 

ÉCONOMIE ET SOCIÉTÉ

Comment corriger la mondialisation…

Lawrence H. Summers

image The American Interest, revue que dirigeaient nos amis Charles Davidson et Francis Fukuyama publiait régulièrement de très intéressantes interviews avec d'éminentes personnalités intellectuelles et politiques nord-américaines. Nous avons pensé que cette conversation avec Lawrence H. Summers pouvait intéresser nos lecteurs. Elle vient avec une nouvelle administration à Washington qui sera plus réfléchie que la précédente. Elle aborde des questions qui concernent autant les États-Unis que l'Europe. [Lire gratuitement l'article]

 

Mieux réguler Uber et les plateformes d’emploi

Louis-Charles Viossat

La montée en puissance des plateformes en ligne comme Facebook, Instagram et WhatsApp, Uber, Lyft et Didi, Google ou Amazon, Netflix ou Spotify, est l'un des faits marquants du début du xxie siècle. Ces acteurs économiques, apparus il y a quelques années seulement, rythment désormais, façonnent même, la vie de milliards d'individus. Le présent article s'intéresse à une composante importante et emblématique des plateformes en ligne : les plateformes d'emploi, dont les plus connues s'appellent Uber, Deliveroo, Upwork, TaskRabbit, Malt, Amazon Mechanical Turk (AMT) ou Figure Eight (ex-CrowdFlower). [Lire l'article]

 

L’Europe du XIXe siècle se préoccupait moins d’hygiène et de santé

Vincent Feré

image L'épidémie récente de coronavirus, la plus importante qu'ait connue l'Europe depuis celle de la grippe espagnole à la fin de la Première Guerre mondiale, montre que les populations dans leur ensemble attendent aujourd'hui de leurs gouvernements qu'ils assurent leur protection et la prise en charge de leur santé, au prix de certaines restrictions de leurs libertés en matière d'hygiène. Retournement significatif en vérité parce que tout au long du XIXe siècle, ni les autorités publiques ni les populations ne faisaient leur une telle conception. [Lire l'article]

 

Crise de la norme, norme de la crise

Jean-Éric Schoettl

Que se passe-t-il lorsque notre légalité ordinaire est soumise brutalement à un nouvel ordre – ou plutôt à un nouveau désordre – des choses, comme la propagation du coronavirus ? Quelles sont les relations du droit et des représentations en cette période de pandémie ? La réponse à ces questions appelle beaucoup d'humilité. Le propos qui suit se borne à souligner, au travers d'exemples tirés de l'actualité pandémique de 2020, le caractère à la fois intense et instable que revêtent, en temps de crise, les interactions entre normes et représentations, entre règles et comportements, bref, entre le juridique et le psychologique. [Lire l'article]

 

La profession universitaire : une expression malheureuse, « enseignant-chercheur », et un statut dégradé (II)

Olivier Beaud et François Vatin

image Poursuivons l'analyse que nous avons entreprise dans la précédente livraison de Commentaire. En 2009, un décret statutaire, à propos des personnels universitaires a repris l'expression contenue dans la loi Savary en faisant réapparaître un trait d'union entre enseignant et chercheur. [Lire l'article]

 

 

HISTOIRE

Le Conseil des princes à la Renaissance. Quelles leçons pour aujourd’hui ?

Cédric Michon

Dans l'histoire politique et institutionnelle de l'Europe, la Renaissance correspond à une accélération de la formalisation de l'État. On passe d'un entourage de conseillers à la naissance d'un Conseil institutionnalisé. L'observation de ce phénomène est riche d'enseignements sur les principes fondateurs et le fonctionnement d'un système de pouvoir dont nous observons aujourd'hui encore les avatars. [Lire l'article]

 

Souvenirs de la IIIe République (III)

Charles Pomaret

image En publiant ces souvenirs, dans deux précédents numéros de la revue, nous avons dit qui était Charles Pomaret et quelle était l'origine de ce manuscrit. En voici la troisième et dernière partie qui traite d’un député du Biterrois, questeur de la Chambre et défenseur intransigeant du vin et de la viticulture, d'un Conseiller d'État majestueux, d'un grand industriel de l'automobile dévoué à l'enseignement technique, d'un aviateur qui pilota André Malraux avant de devenir député et ministre, d'un président de la République, d'un grand ingénieur qui devint un grand ministre, enfin du directeur du Petit Provençal qui fait penser à Marcel Pagnol et rappelle cette France du Midi qui s'efface peu à peu. Dans ces textes, vieux d'un demi-siècle, revivent ces générations mal préparées aux drames historiques et aux deux guerres tragiques que traversèrent notre pays. [Lire l'article]

 

L’état d’urgence : une tradition française

Amable Sablon du Corail

« Le coronavirus, a écrit Nicolas Baverez, est en passe d'enterrer l'État de droit avec l'annihilation des contre-pouvoirs, du principe de légalité et de délibération démocratique. » En réalité, peut-être serait-il plus juste de dire que cette crise a révélé le carton-pâte de tous ces décors dissimulant plus ou moins bien la nature absolutiste de l'appareil politico-administratif qui constitue le pouvoir exécutif en France. [Lire l'article]

 

Les manuels d’histoire en Russie depuis Nicolas Ier

Georges Nivat

image Les Sites de la mémoire russe est un ouvrage dont l'architecte est Georges Nivat, professeur à l'université de Genève. Le second tome, Histoire et mythes de la mémoire russe, de 880 pages, apporte des portraits des grands historiens, raconte les Chroniques médiévales, les mémoires picturales et musicales du XIXe siècle, les grands mythes politiques. Un chapitre est consacré aux pertes de mémoire, la terrifiante amnésie qui frappa la Russie stalinienne, mais aussi l'hypermnésie présente tout au long de l'histoire russe moderne. Georges Nivat, a bien voulu offrir à nos lecteurs en bonnes feuilles son étude des manuels scolaires d'histoire en Russie depuis Nicolas Ier jusqu'à nos jours. On verra combien elle est éclairante sur l'histoire russe, mais surtout sur l'idée que ceux qui dirigent la Russie se font de cette histoire, de la façon dont on doit l'imaginer, l'enseigner et la propager. [Lire l'article]

 

Retrouvez l'intégralité du sommaire et du numéro sur le site internet de Commentaire

 

*
*  *

À nos abonnés, à nos lecteurs, 

Vous pouvez consulter la revue, vous abonner, vous réabonner, acheter un numéro de la revue ou des articles dans notre boutique en ligne : www.commentaire.fr

Commentaire propose différentes formules d’abonnement, notamment l’abonnement couplé « DUO » à un tarif avantageux. Cette formule permet de lire la revue aussi bien dans sa version papier que numérique.

Pour nos abonnés qui renouvellent leur abonnement ou pour nos lecteurs qui souscrivent un premier abonnement, nous les invitons à le faire dans notre boutique en ligne :

  • avec, de préférence, un règlement sécurisé par carte bancaire,
  • sinon, par virement en cochant « par chèque » (IBAN : FR76 3000 4001 5800 0101 1720 391 – BIC : BNPAFRPPPGB) en précisant votre nom ou votre numéro d’abonné pour un réabonnement.

Nous vous remercions de votre compréhension, 

Commentaire a besoin de votre soutien.

*
*  *

image

Retrouvez dès demain en direct et sur le site de Radio Classique l'émission de Jean-Claude Casanova et Jean-Marie Colombani.
Voici le lien : Radio Classique

*
*  *

RETROUVEZ L'INTÉGRALITÉ DES LETTRES DU VENDREDI SUR NOTRE SITE INTERNET, LIEN RUBRIQUE "DIGITALE"

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
116, rue du Bac 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2021 Commentaire - Tous droits réservés
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel