À l'Est

La lettre du vendredi 12 juillet 2019

Les pays de l’Europe centrale et de l’Europe de l’Est occupent une grande place dans les préoccupations de la revue. Retrouvons aujourd’hui, pour nos abonnés et lecteurs, des publications récentes de Commentaire à propos de la situation de quelques-uns de ces pays, et de leur histoire.

La chasse à la Biélorussie

Victor Erofeev
N° 166 Été 2019

 Victor Erofeev, qui a déjà écrit dans nos colonnes, a participé au festival littéraire de Minsk, la Pramova, qui s’est déroulé du 4 au 7 avril 2019. Il y a capté l’air du temps et ce sont ses impressions sur Minsk et sur la Biélorussie d’aujourd’hui qu’il livre ici. [Lire la suite]

 

 

Pologne : une « contre-révolution culturelle » ?

Jolanta Kurska
N° 166 Été 2019

 L’assassinat du maire de Gdańsk, Pawel Adamowicz, le 13 janvier dernier a profondément ému l’opinion en Pologne. Comme l’écrivait dans Le Monde Olga Tokarczuk, il marque une date dans la prise de conscience de ce que « les autorités polonaises actuelles ont fait de la division des Polonais leur tâche prioritaire ».
En Europe, l’attitude vis-à-vis du régime polonais actuel traduit certes un profond embarras devant les atteintes aux libertés fondamentales, mais aussi une vraie perplexité vis-à-vis de l’évolution politique du pays. Nous avons donc demandé à Jolanta Kurska, politologue et présidente de la Fondation Geremek à Varsovie, de nous livrer son analyse des objectifs recherchés par le régime. [Lire la suite]

 

Serbie : le poids du passé

Miloslav Samardjic
N° 166 Été 2019

 En 2019, comme en 1959, bien qu’un changement formel de système politique ait eu lieu en Europe de l’Est, dans tous les instituts de recherche en histoire les mêmes personnes sont restées à leur poste. Aucune d’elles n’a admis avoir eu tort par le passé. Et même les historiens occidentaux continuent de faire référence à leurs vieux livres. C’est ce dont nous parle Miloslav Samardjic, un des rares historiens indépendants en Serbie. [Lire gratuitement la suite]

 

Joseph Czapski ou le temps retrouvé

Anka Muhlstein
N° 165 Printemps 2019

 En 2018, le peintre et écrivain américain Eric Karpeles publia un ouvrage important sur Joseph Czapski, grande figure polonaise du XXe siècle: Almost Nothing. The 20th Century Art and Life of Józef Czapski (New York Review Books, 2018, 492 pages). Cette parution fut l’occasion pour Anka Muhlstein de revenir sur le destin et les œuvres de Joseph Czapski : Terre inhumaine (L’Âge d’Homme, 1978) et Proust contre la déchéance. Conférences au camp de Griazowietz (Éditions Noir sur Blanc, 1987). [Lire la suite]

 

Alexandre Soljenitsyne. De la fragilité de la démocratie

Hervé Mariton
N° 164 Hiver 2018

 Hervé Mariton, membre du comité pour le centenaire d’Alexandre Soljenitsyne, revient sur le discours prononcé par le Prix Nobel de littérature en 1978 à Harvard pour montrer combien il peut éclairer le débat actuel sur la fragilité de la démocratie, sur la « démocratie illibérale ». Il explore l’idée selon laquelle Soljenitsyne desserre l’étau du choix entre populisme et progressisme, reprenant Platon et son exigence du beau, du bien et du vrai. [Lire la suite]

 

Triomphe de la censure en Russie

Victor Erofeev 
N° 161 Printemps 2018

 Daniel Vernet avait noté le 31 janvier sur son site « Boulevard extérieur » qu’une vague de censure déferlait sur la Russie. Un cinéma de Moscou avait mis à son programme un film d’Armando Iannucci, La Mort de Staline, inspiré par la bande dessinée éponyme de deux Français, Thierry Robin et Fabien Nury. Il s’agissait d’un film produit en Angleterre en 2017, qui a connu un grand succès à Londres et à Paris.
L’annonce de sa sortie à Moscou conduisit quelques professionnels de la culture à s’indigner et à dénoncer par une pétition « ce pamphlet visant à humilier l’homme russe (soviétique) ». Le ministre de la Culture Vladimir Medinski avait autorisé le film. Il revint sur sa décision après cette pétition inspirée par le patriotisme « russe et soviétique ».
Victor Erofeev, lui-même auteur d’une biographie au titre ironique Ce bon Staline (Albin Michel, 2005), souligne à cette occasion le durcissement du régime russe. [Lire la suite]

 

L’Ukraine, l’Europe et la mémoire de la Shoah

Galia Ackerman et Philippe de Lara
N° 161 Printemps 2018

 Indépendante depuis 1991, l’Ukraine restait marquée par soixante-dix ans de mœurs soviétiques, jusqu’à la révolution du Maïdan en 2013. L’Ukraine a alors choisi les « valeurs européennes ». C’est le seul pays dont des citoyens meurent pour le drapeau européen. Or les Européens doutent parfois de la légitimité de la nation ukrainienne. Le cliché d’un nationalisme supposé autoritaire et antisémite y est pour beaucoup. Ce cliché est inexact et injuste. L’Ukraine vient d’élire un Président qui est Juif. Il trahit la vérité et obscurcit la conscience européenne. [Lire la suite]

 

Révolution d’Octobre. Démocratie des soviets ou pouvoir totalitaire ?

Stéphane Courtois
N° 160 Hiver 2017

 Il y a cent ans, le 7 novembre 1917, un événement bouleversa l’histoire du XXe siècle : un certain Vladimir Ilitch Oulianov, connu sous le pseudonyme de Lénine, s’empara du pouvoir dans la capitale de la Russie. Ce ne fut ni un putsch – soulèvement militaire mené par des officiers –, ni un coup d’État – venant de l’intérieur de l’appareil d’État –, ni une insurrection – impliquant un soulèvement armé général. Ce fut ce qu’Auguste Blanqui nommait une « prise d’armes » : plusieurs milliers d’activistes armés occupèrent dans la ville quelques lieux stratégiques. Nouvelle preuve de l’existence de l’effet papillon : dans une Europe profondément meurtrie par la violence d’une guerre de masse et industrielle, cette action provoqua un tsunami politique qui toucha l’ex-empire des tsars, puis l’Europe et l’Asie, et enfin le reste du monde, marquant toute l’histoire contemporaine, non sans laisser de profondes traces au XXIe siècle. [Lire la suite]

 

La crise du libéralisme en Europe centrale

Jacques Rupnik
N° 160 Hiver 2017

 En Europe centrale, l’émergence parallèle dans la dissidence des années 1970 et 1980 du libéralisme et de l’affirmation de l’appartenance culturelle à l’Occident a préparé la fin de l’Ancien Régime communiste. Les deux récits, le « moment Havel » et le « moment Kundera », se complétaient dans la résistance au totalitarisme et dans les « révolutions de velours » de 1989. Société ouverte et identité européenne allaient de pair. Un quart de siècle plus tard, force est de constater que les deux éléments, et surtout leur complémentarité, furent remis en cause. Entre « démocratie illibérale » et crispation identitaire face à la vague migratoire, la dérive autoritaire et souverainiste en Europe centrale révèle une cassure au sein de l’Union européenne. Au-delà de la division Est/Ouest ressuscitée, c’est la remise en question du libéralisme d’après-1989 qui mérite d’être analysée. Elle comporte des spécificités centre-européennes, mais la montée des populismes et le rejet du libéralisme sont aussi des traits partagés dans le reste de l’Europe. [Lire la suite]

 

Poutine : un héros de conte russe

Victor Erofeev
N° 158 Été 2017

 Victor Erofeev est un écrivain russe né en 1947. Il a grandi au cœur du pouvoir soviétique. Dans Ce bon Staline (Moscou, 2004), traduit en français en 2005 chez Albin Michel, il a raconté son « enfance stalinienne » et parisienne. Son père appartenait à la « cour de Staline », conseiller et interprète avant de devenir conseiller culturel à l’ambassade d’URSS à Paris de 1955 à 1958. L’annonce de sa « dissidence », racontée dans le puissant roman La Belle de Moscou (1990), brisa la carrière de son père. Il publia ensuite d’autres livres, dont La Vie avec un idiot (recueil de récits adapté en opéra en 1992), qui ont été traduits dans les principales langues occidentales, mais aussi en chinois, en japonais, en iranien, et qui font de lui un contemporain majeur. Il vit en Russie et a bien voulu nous confier ce portrait de Poutine. Nos lecteurs admireront la verve puissante et perspicace de cet écrivain. [Lire la suite]

 

La Révolution russe. Lettre de Petrograd au journal L’Humanité

Boris Kritchewsky
N° 158 Été 2017

 Le 25 octobre 1917, L’Humanité annonçait : « Nous donnons aujourd’hui la première lettre de notre envoyé spécial en Russie. Notre camarade Boris Kritchewsky, qui depuis plusieurs années traitait avec talent à L’Humanité les questions de politique extérieure, nous enverra régulièrement de Petrograd des correspondances sur les événements russes. Nos lecteurs suivront certainement avec intérêt ces études d’un écrivain averti et clairvoyant. Ils y trouveront une source précieuse de documentation sur les phases mouvementées que traverse la jeune Révolution russe. » Militant socialiste russe, Kritchewsky avait été le correspondant à Paris de deux grands journaux socialistes allemands, il collaborait à L’Humanité, à la rubrique des informations internationales, aux côtés de Jean Longuet (le petit-fils de Marx). Durant son séjour à Petrograd pendant la Révolution communiste, il critiqua les « bolchevistes »  et dénonça leur coup de force.
La lettre que nous publions et que L’Humanité, contrôlée par Cachin et ses complices, n’a pas publiée à l’époque porte la date du 11 novembre 1917. Elle raconte le coup décisif qui permit à Lénine et à Trotski, de confisquer le pouvoir à Petrograd. L’Assemblée constituante sera élue le 25 novembre. Les bolcheviks s’y trouveront en minorité. Quand elle se réunira, le 18 janvier 1918, à Petrograd, elle sera dispersée par l’Armée rouge.
L’ensemble des articles de Kritchewsky, ceux qui parurent dans L’Humanité et ceux qui furent censurés ont été republiés par les éditions de Fallois en 2018 dans un livre préfacé par Jean-Claude Casanova. Boris Souvarine lui avait dit tout le prix qu’il accordait à ce témoignage exceptionnel. [Lire la suite]

Vers la catastrophe russe, Lettres de Petrograd au journal « L’Humanité », Boris Kritchewsky, Éditions de Fallois, 2018, 224 p.

 

*
*  *

 

Retrouvez l’intégralité des numéros sur www.commentaire.fr

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova
116 rue du Bac – 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2019 Commentaire - Tous droits réservés
twitter
facebook
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel