Ajouter au panier Acheter des crédits

Valéry Giscard d'Estaing ou le centre en majesté

Jean-Louis Bourlanges

N° 171 Automne 2020

Article


Le 19 mai 1974, Valéry Giscard d'Estaing est élu président de la République française au terme d'un rude combat contre son concurrent gaulliste, Jacques Chaban-Delmas, qu'il a su marginaliser au premier tour, et son adversaire de gauche, François Mitterrand, qu'il a devancé au second d'une très courte tête. Politiquement, ce scrutin s'inscrit dans un double mouvement décennal d'unification des droites et de subversion graduelle du gaullisme partisan par les forces centristes et modérées issues de la IVe République. Valéry Giscard d'Estaing entend conduire cette évolution à son terme et, en intégrant à la majorité les forces résiduelles de la démocratie chrétienne et du radicalisme, déplacer suffisamment le centre de gravité de la majorité pour y substituer une dominante orléaniste ou tocquevillienne à la dominante bonapartiste du gaullisme en majesté. Il y a cohérence entre cette approche politique et le mouvement des générations dans la France de l'après-guerre. La synthèse majoritaire dont Valéry Giscard d'Estaing se veut le grand accoucheur repose sur la coexistence rééquilibrée de plusieurs familles politiques mais aussi sur celle de trois générations. Celle de la Libération, qui a fourni ses cadres au personnel gaulliste et à la modernisation du pays, soucieuse de servir, éprise de valeurs collectives, pétrie de l'optimisme conquérant des Trente Glorieuses ; celle de la guerre d'Algérie, et des brûlures d'une histoire dont les cendres sont encore chaudes ; celle enfin des enfants soixante-huitards du baby-boom, qui frappent brutalement à la porte du pouvoir, rêvent d'un État au service de l'homme et non d'un homme au service de l'État.Je suis heureux de publier ce texte dans Commentaire. Il vient de paraître chez Le Figaro Magazine/Perrin dans un ouvrage collectif intitulé Les Grandes Figures de la droite (août 2020, 352 pages), dirigé par Jean-Christophe Buisson et Guillaume Tabard. Je remercie les éditions Perrin d'avoir autorisé ces bonnes feuilles.

J.-L. B.

« Père, gardez-vous à droite ! Père, gardez-vous à gauche ! » Philippe de BourgognePhilippede Bourgogne, bataille de Poitiers, 1356 Valéry Giscard d'Estaing semble taillé sur mesure pour réécrire les termes du contrat entre ces trois...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits