Un triste constat

Hervé Mariton

N° 158 Été 2017

Article


Une chambre des députés s'en va. Une autre vient. Nathalie Nieson était parlementaire. Députée à l'Assemblée nationale, elle a été élue dans la Drôme en 2012. Elle a décidé de ne pas se représenter en 2017 et de se consacrer à la ville qu'elle administre comme maire. Dans un livre original (Nathalie Nieson, La Députée du coin, Seuil, 2016, 112 pages), elle dresse le bilan de son expérience parlementaire. Il nous a paru intéressant pour nos lecteurs de demander à deux élus de son département de commenter son livre. Ils ne sont pas du même bord politique qu'elle, mais ils partagent son expérience. Bruno Durieux est le maire de Grignan et il a été parlementaire, trop peu de temps à notre avis. Hervé Mariton a été lui aussi député, élu dans une circonscription voisine de celle de Nathalie Nieson. Hélas, il renonce au Parlement et reste maire de Crest. C'est dommage, car cet homme indépendant et original va manquer ; les originaux et indépendants en esprit sont rares. Ils sont tous deux polytechniciens et on ne peut pas ne pas souhaiter que la représentation brille par de hautes études. En démocratie, la vie des élus, la façon dont ils travaillent, les sentiments qu'ils éprouvent, les contraintes qui pèsent sur eux, en un mot leur situation, importent grandement et méritent la réflexion.

COMMENTAIRE

L'ouvrage de Nathalie Nieson est l'occasion de confirmer qu'il y a autant de manières d'être député qu'il y a d'élus. Et que nombre d'entre elles, assurément celle vécue par ma collègue, députée de la Drôme et maire de Bourg-de-Péage, sont respectables...

Pour lire la suite, achetez l'article