La critique est vendue dans sa globalité.

En achetant cet article, vous aurez accès à tous les articles "Critique" du numéro 142

Un étrange destin : de gauche à droite en passant par la collaboration

Pierre Rigoulot

N° 142 Été 2013

Critique


Livre référencé : Pierre Rigoulot : Georges Albertini. Socialiste, collaborateur, gaulliste. (Perrin, 2012, 410 pages.)

Pierre Rigoulot a consacré ce livre à un personnage étrange qui a joué un rôle non négligeable dans la politique francaise. Georges Albertini (1911-1983) fut d'abord socialiste et a connu un parcours au sein de la SFIO assez analogue, jusqu'à 1940, à celui de Guy Mollet qui, lui, deviendra un authentique résistant. Albertini en revanche rejoindra Marcel Déat et donc la collaboration. L'épuration lui fut plutôt clémente. À sa sortie de prison il rejoignit la banque Worms et il devint l'un des principaux organisateurs de la lutte anticommuniste en France, tout en se ralliant, sincèrement semble-t-il, à la démocratie qu'il avait vilipendée pendant cinq ans. La très intéressante biographie de Guy Mollet, publiée chez Fayard par François Lafon, avait montré plusieurs aspects du rôle d'Albertini sous la IVe République. Pierre Rigoulot, lui, retrace toute sa carrière, et l'on verra, en le lisant, qu'Albertini fut plus collaborateur qu'on ne le pensait et moins influent, après la guerre, que lui-même ne le croyait. Exclu de la vie politique officielle, il fut surtout un infatigable officieux et un « anti-communiste systématique » aux côtés des socialistes et de la Troisième Force pendant la IVe République, puis après 1958, aux côtés des gaullistes. Déjà, à la Banque Worms, où il était le collègue du colonel Passy (Dewavrin de son vrai nom), il défendait vertement de Gaulle et Pompidou, contre Passy qui, lui, avait rallié François Mitterrand. Curieux croisement ! Pour obéir à nos règles qui interdisent de rendre compte des livres des membres de nos comités, nous publions simplement deux extraits de l'ouvrage choisis parmi ceux proposés par l'auteur.

J.-C. C.

Pierre Rigoulot a consacré ce livre à un personnage étrange qui a joué un rôle non négligeable dans la politique francaise. Georges Albertini (1911-1983) fut d'abord socialiste et a connu un parcours au sein de la SFIO assez analogue, jusqu'à 1940, à celui de Guy Mollet qui...

Pour lire la suite, achetez l'article