L'enquête est vendue dans sa globalité.

En achetant cet article, vous aurez accès à tous les articles "Enquête" du numéro 150

Sur la formation des juristes en France

Prolégomènes à une enquête

Christophe Jamin, Mikhaïl Xifaras

N° 150 Été 2015

Article


Jusqu'à une époque récente, la question des études de droit ne suscitait guère que la publication de rapports officiels, souvent confidentiels. Depuis le début du xxie siècle, elle fait l'objet de débats d'une ampleur nouvelle. Christophe Jamin et Mikhaïl Xifaras, professeurs l'un et l'autre à Sciences Po, expriment dans l'article qui suit un point de vue qui plaira au monde des juristes, ou l'irritera, qu'il s'agisse de ceux qui enseignent comme de ceux qui pratiquent.La vigueur de leur propos et de leurs propositions nous a incité à en faire le point de départ d'une réflexion plus générale conduite comme une enquête. Nous avons incité d'éminents juristes d'écoles, d'opinions et de professions différentes à faire part à nos lecteurs de leur avis sur les études de droit. Nous publierons leurs articles à partir de notre prochaine livraison.L'ensemble de cette enquête permettra de répondre à cinq questions : faut-il réformer les études de droit (recrutement des étudiants, durée et contenu de leur formation, orientation professionnelle...) ? Comment doivent être gérées les facultés de droit ? Comment doivent-elles être intégrées au sein des universités ? Comment doivent être recrutés les professeurs de droit ? Quel rôle doivent jouer dans cet enseignement les juristes de la société (magistrats, avocats, etc.) ? Quelles évolutions imposent l'internationalisation et l'européanisation du droit ?

COMMENTAIRE

Il est vrai que l'éducation juridique est aujourd'hui à la croisée des chemins et n'a plus le luxe de faire l'économie d'une réflexion d'ensemble sur son avenir1. Elle se trouve en effet bousculée par la croissance du nombre des étudiants en droit qui dépasse...

Pour lire la suite, achetez l'article