Ajouter au panier Acheter des crédits

Souvenirs de la IIIe République (III)

Charles Pomaret

N° 173 Printemps 2021

Article


En publiant ces souvenirs, dans deux précédents numéros de la revue, à l'été (numéro 170) et à l'automne 2020 (numéro 171), nous avons dit qui était Charles Pomaret et quelle était l'origine de ce manuscrit. En voici la troisième et dernière partie. Nous n'avons pas retenu l'intégralité du texte, nous avons omis le portrait de Raoul Blanchard, géographe des Alpes, professeur à Grenoble et à Harvard, qui fut célèbre en son temps. Ce sera pour d'autres occasions. Nous n'avons retenu que les pages concernant la Troisième République et la politique au sens large. Dans ce qui va suivre, Charles Pomaret traite : d'un député du Biterrois, questeur de la Chambre et défenseur intransigeant du vin et de la viticulture, d'un Conseiller d'État majestueux, d'un grand industriel de l'automobile dévoué à l'enseignement technique, d'un aviateur qui pilota André Malraux avant de devenir député et ministre, d'un président de la République, d'un grand ingénieur qui devint un grand ministre, enfin du directeur du Petit Provençal qui fait penser à Marcel Pagnol et rappelle cette France du Midi qui s'efface peu à peu.À travers les portraits qu'il trace, Pomaret se dessine lui-même et gagnera, je crois, la sympathie du lecteur comme il a gagné la mienne. Aussi pour lui rendre hommage ai-je terminé par des extraits de l'avant-propos qu'il avait esquissé, dans lequel il se dévoile et annonce plus de chapitres qu'il ne lui fut donné, hélas, d'en écrire.Comme pour les parties précédentes, j'ai ajouté des sous-titres et des notes pour rendre plus facile la lecture de ces textes, vieux d'un demi-siècle, dans lesquels revivent ces générations mal préparées aux drames historiques et aux deux guerres tragiques que traversèrent notre pays.

J.-C. C.

Édouard Barthe, défenseur de la viticultureQuesteur quasi inamovible de la Chambre des députés, jusqu'au dernier jour de celle-ci, Édouard Barthe1 était un bon géant, physiquement un colosse, moralement un tendre, un pur. Quand j'arrivai à la Chambre, il y siégeait depuis dix-huit ans déjà, comme député...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits