Séisme électoral en Bavière

Henri Ménudier

N° 164 Hiver 2018

Article


En bouleversant les rapports de force entre les partis, les élections bavaroises du 14 octobre 2018 donnent une impulsion au renouvellement en profondeur de la vie politique allemande, déjà amorcé depuis une dizaine d'années. L'érosion des partis traditionnels (CDU, CSU, FDP et SPD), porteurs de la démocratie depuis 1945, se poursuit au bénéfice de deux formations récentes mais aux idéologies opposées, les Verts et l'extrême droite sous les traits de l'AfD. Après la perte de sa position hégémonique, la CSU bavaroise va former une coalition avec les Électeurs libres (FW), une autre formation conservatrice de taille plus réduite. L'onde de choc, venue de Munich, pourrait déstabiliser le gouvernement de grande coalition (CDU-CSU et SPD) à Berlin. Est-elle susceptible aussi de menacer l'avenir politique d'Angela Merkel, comme chancelière et présidente de la CDU, le premier parti allemand ? Les élections régionales en Hesse (gouvernement CDU-Verts), une nouvelle fois désastreuses pour la CDU et le SPD, le 28 octobre, ont poussé Angela Merkel à renoncer à la présidence de son parti, au congrès de Hambourg, les 7 et 8 décembre 2018.

H. M.

La Bavière a toujours joué un rôle important dans l'histoire allemande. Élevée au rang de royaume par Napoléon Ier en 1806, devenue une République et un État libre en novembre 1918, mise sous tutelle par Hitler, elle reprend son titre d'État libre en 1945 et fait partie de...

Pour lire la suite, achetez l'article