Révolution numérique et ébranlement des États

Pierre Buhler

N° 134 Été 2011

Article


La révolution numérique n'a pas seulement été le catalyseur des révolutions politiques qui ébranlent le monde arabe. Elle a, imperceptiblement, mais en profondeur, érodé les fondements de la puissance étatique. En permettant à des pans entiers de l'économie et de la finance de se soustraire à l'influence des États. En conférant aux individus un pouvoir que l'organisation en réseau agrège et démultiplie dans des proportions auparavant inconnues. Enfin, en amenant les États à chercher à réinvestir le terrain perdu par une appropriation des instruments de l'ère de l'information ou à tenter, en vain, de s'en protéger. Les contours d'un nouveau paradigme de la puissance se dessinent.

P. B.

Au printemps 2007, l'Estonie, coupable d'avoir voulu déplacer une statue à la gloire de l'Armée rouge dans sa capitale, est victime de la première « cyber-attaque » de l'histoire. En septembre 2008, la faillite de la banque Lehman Brothers manque de provoquer, par un effet domino, l...

Pour lire la suite, achetez l'article