Révolution d'Octobre. Démocratie des soviets ou pouvoir totalitaire ?

Stéphane Courtois

N° 160 Hiver 2017

Article


Il y a cent ans, le 7 novembre 1917, un événement bouleversa l'histoire du xxe siècle : un certain Vladimir Ilitch Oulianov, connu sous le pseudonyme de Lénine, s'empara du pouvoir dans la capitale de la Russie. Ce ne fut ni un putsch – soulèvement militaire mené par des officiers –, ni un coup d'État – venant de l'intérieur de l'appareil d'État –, ni une insurrection – impliquant un soulèvement armé général. Ce fut ce qu'Auguste Blanqui nommait une « prise d'armes » : plusieurs milliers d'activistes armés occupèrent dans la ville quelques lieux stratégiques. Nouvelle preuve de l'existence de l'effet papillon : dans une Europe profondément meurtrie par la violence d'une guerre de masse et industrielle, cette action provoqua un tsunami politique qui toucha l'ex-empire des tsars, puis l'Europe et l'Asie, et enfin le reste du monde, marquant toute l'histoire contemporaine, non sans laisser de profondes traces au xxie siècle.

S. C.

Le succès de cette prise d'armes – et de pouvoir –, bientôt nommée révolution d'Octobre, était un événement improbable, voire inimaginable ; mais il fut très vite présenté par les bolcheviks comme prédictible et inévitable. Et bientôt la propagande communiste diffusa un puissant « roman communiste international », la légende d'un pouvoir...

Pour lire la suite, achetez l'article