En achetant cet article, vous aurez accès à tous les articles "Les idées et les livres" du numéro 134

Quand un chercheur se met à table

Antoine Schnapper

N° 134 Été 2011

Les idées et les livres


Antoine Schnapper avait écrit cet article il y a près de quarante ans et il fut publié par Georges Liébert dans Contrepoint en 1973. Il ne l'avait pas signé de son nom mais d'un pseudonyme (Antoine Grimod). Non pour se dissimuler – il avait fait savoir à Jean-Paul Aron qu'il en était l'auteur –, mais en raison des liens de famille qui existaient entre eux. Antoine souhaitait que son article reparaisse un jour sous son nom. Nous aussi, car c'est un petit chef-d'œuvre. Il avait bien voulu le corriger une dernière fois avant de disparaître et m'avait indiqué qu'il faudrait dans le chapeau préciser que l'article avait été écrit en 1973, que le lecteur d'aujourd'hui trouverait peut-être « que certaines phrases ont vieilli », et qu' il « serait moins sévère sur l'évolution (la multiplication) des appelations contrôlées ».L'occasion nous est offerte puisque la gastronomie française, couronnée par l'Unesco, a été inscrite au patrimoine mondial de l'humanité. Cette solennité eût fait sourire Antoine mais elle confirme qu'il ne faut plus considérer son article comme le témoin d'une polémique ironique ou comme la critique d'un livre considéré, paraît-il, comme un classique, mais comme une réflexion générale sur le sens et la méthode de l'histoire des mœurs alimentaires.

J.-C. C.

Jean-Paul Aron : Le Mangeur du xixe siècle. (Robert Laffont, 1973, 365 pages.) Qui ne se réjouira de voir s'étendre le champ de l'histoire ? Depuis un demi-siècle, la prédominance traditionnelle du politique s'est progressivement effondr...

Pour lire la suite, achetez l'article