Pour une fierté européenne

Affirmer et proposer notre modèle

François Villeroy de Galhau

N° 169 Printemps 2020

Article


Un gouverneur de banque centrale est sans doute vu avant tout comme un technicien austère, maniant des instruments financiers complexes. Pourquoi donc venir se mêler d'un débat sur l'ambition européenne ? D'abord comme lecteur fidèle de Stefan Zweig : « Au lieu d'écouter les vaines prétentions des roitelets, des sectateurs et des égoïsmes nationaux, la mission de l'Européen est au contraire de toujours insister sur ce qui lie et ce qui unit les peuples. » Ces mots de 1934, à propos d'Érasme de Rotterdam, semblent hélas écrits pour les dangers de notre monde de 2020. Et ensuite parce que je suis frappé de trois conjonctions rares, qui valent nécessité pour chacun de nous d'élargir son terrain de jeu.

F. V. G.

Rarement géopolitique et économie ont été aussi liées. Face à la montée des tensions protectionnistes et aux escalades verbales, qui ne se sont hélas que partiellement dissipées en début d'année, certains estiment même que seule l'interdépendance économique – « les doux liens du commerce » chers à Montesquieu – nous protège encore...

Pour lire la suite, achetez l'article