Pour Bernard de Fallois (1926-2018)

8 janvier 2018. Église Notre-Dame-de-Grâce-de-Passy

Jean-Claude Casanova

N° 162 Été 2018

Article


Nous avons dit dans notre précédent numéro quel grand rôle avait joué Bernard de Fallois lors de la création de Commentaire et quel ami fidèle il avait été pour Raymond Aron et pour tous ceux qui animent cette revue. En hommage, nous publierons dans ce numéro et celui qui suivra quelques textes de lui, dont certains sont inédits et qui tous sont susceptibles, croyons-nous, d'intéresser nos lecteurs. Ils y découvriront l'esprit clair et profond d'un homme qui a beaucoup publié les autres et dont on ne peut pas s'empêcher de penser qu'il aurait dû se publier davantage. Nous espérons ainsi inciter ses amis à publier en livre tous les écrits qu'il a dispersés dans des journaux, des préfaces, des tiroirs, à propos de Proust, de littérature, de politique, de cinéma et de bien d'autres sujets. Commençons ce travail pour que l'on mesure combien ses intérêts étaient variés et son talent exceptionnel. Nous avons fait précéder ces textes de l'éloge prononcé le 8 janvier 2018 lors des obsèques de Bernard de Fallois.

J.-C. C.

Merci, mon Père, de m'autoriser à m'exprimer dans votre église. Chers parents, chers amis de Bernard de Fallois, Le lieu, le chagrin que nous ressentons recommandent la brièveté. De plus, je ne suis pas sûr que Bernard ait jamais aimé, recherché ou souhaité les éloges. Je l'ai...

Pour lire la suite, achetez l'article