Mutations du marché mondial de l'art, paradoxes du marché français

Guillaume Cerutti

N° 131 Automne 2010

Article


La dernière décennie a été, à maints égards, exceptionnelle pour le marché international de l'art. La mondialisation des acteurs, accompagnée d'une explosion du marché de l'art contemporain, a permis d'atteindre des niveaux records. Durant la même période, la place de la France dans le paysage mondial des ventes d'art a connu une évolution paradoxale : le marché français s'est ouvert à la concurrence internationale à partir de 2001, mais a continué de perdre du terrain face à New York et à Londres et en raison de l'émergence de la Chine. Si la France dispose d'atouts exceptionnels pour s'imposer sur le marché de l'art, elle tarde à les mettre en valeur.

G. C.

Le marché mondial de l'artEntre 2001 et 2010, le marché de l'art a connu de profondes mutations1. La plus spectaculaire réside dans la globalisation du marché. Alors qu'au cours des décennies précédentes le marché de l'art était principalement animé par les clients américains, européens ou japonais...

Pour lire la suite, achetez l'article