Ajouter au panier Acheter des crédits

Mon socialisme

Bernard Poignant

N° 175 Automne 2021

Article


Le socialisme serait-il un horizon dépassé, un mot désuet à ranger dans le tiroir des archives ? A-t-il épuisé son apport à la société l'obligeant à s'éclipser du champ politique ? Il serait comme le radicalisme qui a tout donné à la République depuis la troisième du nom. Il serait comme le communisme dont l'échec historique le cantonne en Chine à gérer le capitalisme. Sur le plan électoral, quelques buttes-témoins socialistes subsisteraient, témoignant de sa vigueur passée. Le socialisme aurait ainsi irrigué nos sociétés européennes depuis le milieu du xixe siècle avant de s'étioler au début du xxie. On peut adhérer à la fin des organisations partisanes qui n'ont pas vocation à perdurer éternellement et qui peuvent se trouver dépassées dans leur fonctionnement. En revanche, je ne crois pas à la fin du socialisme, incarnant la quête permanente de justice sociale, la révolte contre les inégalités criantes, le goût des libertés dans la vie publique et personnelle, l'aspiration à des protections contre les aléas de la vie.

 

B. P.

Blum, 1919 et 1945 C'est le moment de retrouver quelques textes de quelques grandes figures du socialisme français. Ici Léon Blum. En 1919 il publie une adresse à la Fédération des jeunesses socialistes qu'il dédie à son fils...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits