En achetant cet article, vous aurez accès à tous les articles "Les idées et les livres" du numéro 165

MeToo et après

Claude Habib

N° 165 Printemps 2019

Les idées et les livres


Le genre ne doit plus être compris comme un fait biologique, mais comme un acte de liberté. C'est ce que soutenait Judith Butler, ne reconnaissant plus aucun genre mais seulement des performances de genre, éphémères, spontanées, n'obéissant qu'au désir du sujet dans l'instant.C'est dans le contexte de la déconstruction du genre que le féminisme du xxie siècle doit se reformuler, et la tâche est ardue, car, si le genre n'existe pas, on voit mal comment penser la domination de genre. La seule voie praticable est celle qu'empruntent aujourd'hui les tenants de l'antiracisme, soutenant simultanément que le racisme est prévalent mais que les races n'existent pas. De la même façon, seuls les sexistes persistent à croire à la différence des sexes.Nous avons choisi de présenter six livres écrits ou traduits, parmi tant d'autres, dans le sillage de MeToo. Ils ne s'inscrivent pas dans cette reformulation contemporaine du féminisme – ni pour en partir, ni pour la contrer. Qu'ils soient féministes ou qu'ils ne le soient pas, aucun ne s'aventure dans ces terres nouvelles.

C. H.

Eugénie Bastié : Le Porc émissaire. (Cerf, 2018, 176 pages.). Mary Beard : Les Femmes et le Pouvoir. Un manifeste. (Traduit de l'anglais, Perrin, 2018, 160 pages.). Manon Garcia : On ne naît pas soumise, on le devient. (Climats, 2018, 272 pages.). Christopher Lasch : Les Femmes et la vie ordinaire. (Traduit de...

Pour lire la suite, achetez l'article