Marignan

Triomphe de l'ordre monarchique sur les libertés médiévales

Amable Sablon du Corail

N° 156 Hiver 2016

Article


Il y a un peu plus de 500 ans, François Ier remportait une difficile mais brillante victoire sur les Suisses à Marignan. Victoire peu commémorée, infiniment moins en tout cas que l'avènement de François Ier, qui a donné lieu à un grand nombre de publications. Quoi d'étonnant à cela ? À quoi bon consacrer un ouvrage à Marignan, alors que le duché de Milan, conquis en 1515, échappe définitivement à la France dès 1521 ? Marignan incarne plus que toute autre bataille un certain « roman national » qui appartient au passé. En réalité, la campagne de Marignan, par ses circonstances et son contexte, éclaire la singularité de la monarchie française au début du xvi e siècle, superpuissance européenne, dont l'absolutisme inquiétait les souverains voisins de la France autant que leurs peuples, peu pressés de goûter au régime politique et fiscal imposé par les Valois à leurs sujets à la fin du xv e siècle.

A. S. du C.

Au cours de la guerre de Cent Ans, les élites du royaume avaient dû choisir entre leur sécurité et le principe du consentement à l'impôt ; ils sacrifièrent sans trop de peine le second à la première. Sous Louis XII et François Ier, l'union du roi, de la noblesse...

Pour lire la suite, achetez l'article