Ajouter au panier Acheter des crédits

Littérature et confiance

Olivia Leboyer, Jean-Philippe Vincent

N° 166 Été 2019

Article


L'analyse de la confiance est désormais au centre de beaucoup de disciplines : économie, sociologie, philosophie morale, philosophie politique, histoire, science politique, psychologie. C'est désormais une évidence : la confiance est une variable clé du bon fonctionnement des sociétés, anciennes et modernes. Dans l'article « Pourquoi n'avons-nous plus confiance ? » (Commentaire, n° 164, hiver 2018-2019), Adam Garfinkle illustrait son propos en identifiant des lieux spécifiques révélateurs de la défiance (famille, religion, institutions). Nous systématisons cette intuition en analysant en quoi de grandes œuvres, des littératures française et étrangère, peuvent nous aider à comprendre la confiance. Que nous dit la littérature sur les conditions et les lieux où se forme la confiance ? Et la défiance ? À travers le prisme de la littérature il s'agit de répondre à la question lancinante : pourquoi, dans nos sociétés ouvertes (pour reprendre le concept de Karl Popper), la confiance est-elle toujours plus difficile à créer et en même temps toujours plus nécessaire ?

O. L. et J.-Ph. V.

La confiance est désormais au centre des regards et des recherches ; deux approches ont été jusqu'à présent assez négligées. La première est théologique. La confiance – la fides des Latins et la pistis des Grecs – est d'abord le lien personnel qui unit l'homme à Dieu. La foi est...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits