Les opérations extérieures : une spécificité française ?

Benoît d'Aboville

N° 167 Automne 2019

Article


La France, depuis vingt ans, consacre des efforts importants aux opérations militaires extérieures (OPEX), soit, selon les années, entre 600 millions et 1,4 milliard d'euros et entre 5 000 et 10 000 hommes en opération, auxquelles s'ajoutent des forces prépositionnées*. L'enjeu ne concerne pas seulement l'Afrique (70 % des interventions), mais également notre rôle international et notre sécurité face aux risques de déstabilisation dans des zones proches. À un moment où au plan mondial les risques de conflits s'amplifient, les armées françaises doivent également se préparer à d'autres types d'engagements. Dans le cadre de budgets contraints, les futurs arbitrages seront difficiles. Il convient donc d'examiner en quoi les OPEX constituent actuellement une spécificité et un enjeu permanent de notre politique de défense.

B. d'A.

Au- delà du renouveau général de la réflexion sur les questions de défense et l'évolution des conflictualités, on constate en 2019 un questionnement récent sur les interventions extérieures, notamment au Sahel. Il traduit une série d'interrogations plus larges, qui constituent en quelque sorte l'arrière-plan du débat...

Pour lire la suite, achetez l'article