Les leçons de la transition énergétique allemande

Rémy Prud'homme

N° 146 Été 2014

Article


Depuis plusieurs années, l'Allemagne est engagée dans une « transition énergétique ». Cette expérience concerne en fait la production d'électricité. Dans les autres domaines de l'énergie, les marges de manœuvre sont en effet très limitées, au moins dans les pays européens. Peu de pétrole, peu de gaz, et – à ce jour – pas de pétrole ou de gaz de schiste. Nous ne pouvons pratiquement rien faire du côté de l'offre, si ce n'est essayer de négocier des contrats d'approvisionnement avec les pays producteurs, ou constituer des stocks ; et pas grand-chose du côté de la demande.En matière d'électricité, en revanche, le choix est très large : l'électricité peut être produite à partir du charbon, du pétrole, du gaz, du nucléaire, de l'hydraulique, de l'éolien, du solaire, ou encore de la biomasse. D'un pays à l'autre, la structure de la production d'électricité est très variable (la part du nucléaire, par exemple, va de 0 % à 75 %) et cette structure peut être profondément et rapidement modifiée par des politiques.En Allemagne, la politique de l'électricité prend deux formes : la diminution du nucléaire et l'augmentation des renouvelables. Les Verts français en rêvent ; les Allemands l'ont fait.Cette expérience est intéressante à analyser à plusieurs titres. Elle est importante pour nos amis allemands, chez qui son devenir est actuellement au centre d'un débat économique et politique important. Elle l'est aussi pour nous. Elle a d'abord des conséquences directes par l'intermédiaire d'un marché européen de l'électricité – bien imparfait mais réel. Elle offre aussi et surtout matière à réflexion sur les conséquences des politiques que nous pourrions engager dans ce domaine.

R. P.

Politiques engagées et résultatsL'allemagne disposait depuis longtemps de 17 réacteurs nucléaires qui produisaient un peu plus de 20 % de l'électricité du pays. C'est peu relativement à la France où 58 centrales produisent 75 % de l'électricité. Mais cela n'est pas négligeable non plus, et la question...

Pour lire la suite, achetez l'article