Ajouter au panier Acheter des crédits

Les frères de Jésus

Alain Besançon

N° 152 Hiver 2015

Article


Il y a de ça deux ou trois ans, Giovanni Maria Vian, directeur de l'Osservatore Romano, m'avait demandé une recension du livre que venait de publier le pape Benoît XVI sur l'enfance de Jésus de Nazareth. Le livre était excellent et ma recension fut sincèrement élogieuse. J'obtins des compliments italiens. Un point cependant m'avait étonné. Il ne disait rien sur la question des frères de Jésus. Or je tiens farouchement à l'uniparité de la Vierge Marie. Dans mon compte rendu je fis la supposition que, si le pape n'en avait pas parlé, c'était par prétérition, comme d'une évidence pour lui, comme pour tous les catholiques, qu'il n'était pas nécessaire de discuter. Et pas seulement les catholiques puisque je rappelais dans mon papier que Luther et Calvin appelaient les plus terribles malédictions sur ceux qui avaient l'audace de contester cette vérité aussi ancienne que le christianisme. En 2015, Françoise Chandernagor a publié une Vie de Jude. Frère de Jésus (Albin Michel). L'essai qui suit m'a été inspiré par ce roman. Je l'ai écrit pour Commentaire.

A. B.

Poussé par la curiosité, j'ai acheté le roman de Françoise Chandernagor intitulé : Vie de Jude, frère de Jésus (Albin Michel, 2015). Je connais et estime cet auteur, qui siège avec moi au jury du prix Chateaubriand, dont j'ai lu quelques ouvrages d'excellente tenue. C'est un roman...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits