Ajouter au panier Acheter des crédits

Le virus, la relance, l'écologie et l'Europe

Bruno Durieux

N° 171 Automne 2020

Article


La pandémie de Covid-19 a surgi dans une économie mondiale prospère, qui s'approchait de la fin d'un cycle ininterrompu de croissance de dix ans. Les conditions de vie de l'humanité continuaient de progresser. Les inégalités s'accroissaient sans doute, mais la croissance économique la plus soutenue bénéficiait aux pays les plus pauvres. L'état de la planète et de ses écosystèmes, jamais autant surveillés, contrôlés, protégés, s'améliorait. Grâce aux ressources apportées par la croissance, l'environnement bénéficiait de politiques et de moyens qu'aucune société humaine n'a jamais déployés. Ignorant ces succès, les mouvements écologistes poussaient leurs avantages et accroissaient leurs exigences : il n'y a que dans l'abondance que la décroissance « productive » et la frugalité peuvent paraître désirables.

B. D.

Rassurés ou non ?Les sociétés prospères détestent le risque. La précaution prime. Plus elles sont en sécurité plus le risque qui demeure leur paraît insupportable. Plus leur bien-être s'élève, moins ce qui peut altérer leur satisfaction est toléré, du chant du coq de la ferme voisine à la...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits