Ajouter au panier Acheter des crédits

Le prix du renouveau

Bernard de Montferrand

N° 165 Printemps 2019

Article


L'élection en mai 2017 d'Emmanuel Macron a rebattu les cartes de notre pays et de sa politique étrangère. La personnalité du nouveau président de la République tranchait avec celle de ses interlocuteurs internationaux tant par son volontarisme que par son réalisme. Qui n'a pas observé dans le monde le surcroît d'attention et d'intérêt qu'a soudain suscité la France et la confiance nouvelle des Français dans l'avenir ?Ce premier effet a été bouleversé par la crise intérieure profonde que vit la France depuis la fin 2018, mais surtout dilué par quelques interrogations majeures.Sollicités par tant de causes, nous sommes-nous suffisamment concentrés sur l'essentiel, soit les quelques intérêts prioritaires de la France, au moment où tant de paramètres de notre action « extérieure » changeaient ? Nous sommes-nous suffisamment donné les moyens pour mener une action efficace ? Nul besoin d'être forcément un puissant pour exister sur la scène internationale. Mais sans l'indépendance nécessaire comment être entendus ? Où en sommes-nous ? Comment poursuivre le mouvement ?

B. de M.

Une exigence : la luciditéLa politique étrangère a une logique propre mais elle demande, comme la politique intérieure, d'expliquer à l'opinion pourquoi la France doit agir sur la scène internationale ce qui seul donne un sens à l'action et aux réformes intérieures à engager. Il faut pour cela...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits