Le présidentialisme dégénéré

Jean-François Revel

N° 141 Printemps 2013

Citation


Source: Jean-François Revel, L'Absolutisme inefficace ou contre le présidentialisme à la française, Plon


Quand une concussion avérée ou un soupçon de délit d'initié chassent de leurs fonctions officielles Christian Nucci, ancien ministre de la Coopération, ou Alain Boublil, ancien conseiller à l'Élysée et directeur du cabinet du ministre de l'Économie, finalement inculpé en 1991, l'intervention présidentielle commence par les soustraire ou s'efforcer de les soustraire à l'action de la justice, puis les recase dans de lucratives sinécures, le premier au cabinet du président de l'Assemblée nationale, Laurent Fabius, le second dans une grande entreprise nationale. Les courtisans attribuent ces anomalies, pour les excuser et les ennoblir, au « culte de l'amitié », au « sens de la fidélité » de François Mitterrand. L'amitié et la fidélité sont de nobles sentiments, mais ce n'est pas à l'appareil d'État qu'il incombe de pourvoir à leurs exigences. Les Constitutions démocratiques ont précisément été inventées pour séparer la dépense publique des intérêts privés. Ce qui importe, ce n'est pas que Mitterrand ignore systématiquement le principe de cette séparation, c'est qu'il ait la possibilité de l'ignorer :Cette « solidarité aux hommes plus qu'aux idées » montre bien les lacunes de notre Constitution. Que Mitterrand n'éprouve aucun scrupule à se comporter comme un roi mérovingien considérant le Trésor public comme sa propriété personnelle relève de sa psychologie particulière. Mais que cette psychologie puisse dérouler toutes ses conséquences sans rencontrer dans la Constitution d'obstacle structurel qui l'en empêche, cela dénote un vice de construction dans ladite Constitution.Vice contagieux, puisque, bien entendu, dans une monarchie, les serviteurs singent le souverain en copiant surtout ses défauts, lesquels, pour tout arranger, après quelques années d'autocratie incontrôlée, sont à peu près tout ce qui surnage de ses traits de caractère. De sorte qu'en dehors même des violations impunies du Code pénal, les hommes et femmes du Président, ministres ou valets palatins, se sont accoutumés à trouver scandaleux d'avoir à payer leurs échecs ou même à les reconnaître.Quiconque, dans ce système, selon cette mentalité, se voit gratifié d'un poste dans le gouvernement, la haute administration ou une entreprise nationale n'est pas quelqu'un à qui l'on confie une tâche à exécuter et qui sera jugé sur l'intégrité, la compétence et l'efficacité avec lesquelles il la remplira, sous peine de renvoi ou de sanction en cas d'insuffisance ou de forfaiture. Non. C'est un ami que l'on récompense de sa fidélité au Président en lui fournissant une place lucrative et flatteuse, et qui, par conséquent, s'il commet une bourde, s'il provoque une catastrophe ou se conduit mal, doit être protégé comme un membre de la famille à qui vient d'arriver un malencontreux accident. Car il existe un présidentialisme dégénéré comme il existe un parlementarisme dégénéré. Le parlementarisme dégénéré éparpille à ce point la décision qu'on ne peut en imputer à personne en particulier les éventuelles conséquences néfastes. Dans le présidentialisme dégénéré, l'irresponsabilité constitutionnelle du décideur unique et suprême se trouve en quelque sorte « déclinée » (selon le terme cher aux publicitaires), répartie et distribuée du haut en bas de l'échelle du pouvoir d'État. Cette délégation d'irresponsabilité se propage à toutes les strates inférieures et garantit par avance le pardon non seulement à la concussion, mais à la faute grossière, professionnelle ou technique. L'absolutisme engendre l'absolution.

Notes:


[1] Recueil d’articles écrits par James Madison, Alexander Hamilton et John Jay en vue d’engager les électeurs de l’État de New York à ratifier la Constitution des États-Unis d’Amérique.
[2] Théorie de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs élaborée par Locke et Montesquieu, complétée par le Fédéraliste, mais dont l’origine est bien plus ancienne.
[3] États démocratiques et Étau totalitaires, communication à la Société française de philosophie, le 17 juin 1939.
[4] Originellement, frontière ou limite de l’Empire romain.
[5] République impériale. Les États-Unis dans le monde (1945-1972), Calmann-Lévy, 1973.
[6] Henry Adams reçut le Prix Pulitzer pour son récit autobiographique The Education of Henry Adams.
[7] Democracy : An American Novel, publié en 1880, connut un très grand succès populaire.
L'Islam et son rapport au monde

L'Islam et ses attraits

Essai sur l'Islam et son rapport à la civilisation occidentale par Alain Besançon