Le Moyen-Orient après l'accord nucléaire iranien

Armand Laferrère

N° 152 Hiver 2015

Article


Lorsque, le 14 juillet 2015, fut finalement approuvé l'accord entre l'Iran et les six puissances (États-Unis, Chine, Russie, Allemagne, France et Royaume-Uni), son contenu ne pouvait plus étonner personne. L'accord avait été négocié, en pratique, presque exclusivement par l'Iran et les États-Unis ; la France était intervenue sur certains points pour tempérer l'enthousiasme des Américains à multiplier les concessions.L'effet immédiat de cet accord est de réduire, pendant une décennie, la capacité de l'Iran à se doter d'une arme nucléaire. Le stock d'uranium sera fortement réduit ; le nombre des centrifugeuses en activité sera diminué ; le cœur du réacteur à eau lourde d'Arak, qui pouvait être utilisé pour la production de plutonium, sera bétonné (une concession majeure obtenue par la France) ; les inspections internationales seront renforcées.Son effet stratégique est de modifier l'équilibre du Moyen-Orient et d'y renforcer la puissance iranienne. C'est ce que nous devons examiner.

A. L.

Accroissement de la puissance iranienneLe régime de sanctions internationales qui paralysait l'économie iranienne (415 milliards de dollars de PIB en 2014, soit moins que l'Autriche) sera levé. Des avoirs iraniens bloqués, dont le montant total est environ égal au tiers de la richesse annuellement produite, seront libérés. Cet...

Pour lire la suite, achetez l'article