Le Mali entre l'ONU et l'Europe

Georges-Marie Chenu

N° 143 Automne 2013

Article


L'armée française ayant mis en fuite des groupes jihadistes conquérants, le Conseil de sécurité a lancé une « Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali » (MINUSMA). Le bilan des opérations onusiennes étant, dans l'ensemble, peu convaincant, on peut s'interroger sur les chances de cette nouvelle mission de paix. Or, point positif, il a été tenu compte des erreurs passées. La nouvelle mission est dotée de pouvoirs et de moyens appropriés. Cela suffira-t-il ? Beaucoup dépendra des responsables locaux, de leur sens de l'intérêt général et de l'adresse de la Communauté internationale – en fait quatre acteurs principaux : ONU, France, Union européenne, États-Unis, qui sont très attachés à leur liberté d'action. Enfin, autre question, le Mali est-il bien la seule cible ?

G.-M. C.

Le 11 janvier 2013, à la demande du président intérimaire du Mali, la France a lancé une opération militaire baptisée « Serval » pour stopper une colonne de jihadistes qui se dirigeait sur Bamako1. Quatre mois après, les objectifs militaires étaient atteints. Les partisans d'un islam radical ont abandonné les villes...

Pour lire la suite, achetez l'article