Lawrence Joseph Henderson ou le courage de l'esprit

Gérard Karsenty

N° 149 Printemps 2015

Article


Lawrence Joseph Henderson (1878-1942) fut une des gloires de Harvard. Il y avait été élève au College puis à l’École de médecine. Il fit ses premières recherches à Strasbourg, avant 1914, dans le laboratoire de physiologie de Franz Hofmeister. Il étudia également à Grenoble, puis enseigna à Harvard jusqu’à ses derniers jours. Cas unique, il professa la biochimie, la chimie et la sociologie. Il a été le précurseur et l’inspirateur de Karl Albert Hasselbach (l’équation Henderson-Hasselbach est utilisée pour calculer le pH comme mesure de l’acidité). Sur l’ensemble de son oeuvre on lira le « mémoire biographique » que lui a consacré Walter B. Cannon à la National Academy of Sciences des États-Unis. Son premier grand livre, au titre difficile à traduire, The Fitness of the Environment (1913, puis constamment réédité), devrait être lu comme l’ouvrage séminal par les écologistes, il y démontre les relations entre la matière et l’organique. Ce qui le conduit à conclure, après avoir étudié les propriétés biologiques de la matière, que « tout le processus de l’évolution, à la fois cosmique et organique, est un, et que le biologiste peut légitimement considérer l’univers comme étant par essence “biocentric” ». En 1928, il publia son grand livre de physiologie : Blood : a Study in General Physiology. Il souligne l’importance des concepts d’équilibre et d’homeostasis. Ce qui le mena, esprit universel, à l’étude de la sociologie et notamment à l’oeuvre de Pareto dont il devint enthousiaste entre 1926 et 1928. Ce qui le conduisit à écrire un livre sur Pareto (Pareto General Sociology : A Physiologist Interpretation, 1937) et à enseigner la sociologie. Son cours « Sociology 23 » eut à Harvard une influence considérable, suivi par une grande partie de la Faculty, dont Lowell, le président de Harvard, et l’historien Crane Brinton. Il eut pour élèves et disciples George Homans, Talcott Parsons, Robert K. Merton, Chester Barnard, Clyde Kluckhohn, Elton Mayo. C’est Henderson qui inventa le concept de « système social » et qui inspira à Parsons son premier grand livre The Structure of Social Action. Il imposa Parsons à Harvard contre l’avis de Pitirim Sorokin que Lénine avait chassé de Russie et qui régnait jalousement sur le département de sociologie. Par son enseignement et ses écrits Henderson peut être considéré comme l’un des fondateurs de la sociologie générale et théorique aux États-Unis, courant bien distinct de celui de la sociologie empirique qui prospérera à partir de l’université de Chicago. Nous sommes heureux que Gérard Karsenty, qui enseigne la physiologie à Columbia, veuille bien faire revivre pour nos lecteurs cette grande figure, à la fois éclectique et synthétique, dont tous les livres méritent d’être lus et médités.

COMMENTAIRE

La biologie boucle sa boucle « Comme une machine, tout être vivant, même le plus simple, est une unité fonctionnelle cohérente et intégrée. » Qui a bien pu écrire cette phrase si juste, tellement empreinte de culture mé...

Pour lire la suite, achetez l'article