La révolution égyptienne

Ayyam Sureau

N° 134 Été 2011

Article


Il est encore tôt pour juger de la révolution égyptienne ou même pour donner le nom
de « révolution » au soulèvement populaire, certes étonnant, qui aura conduit, en dixhuit
jours, au renversement d’un Président en place depuis trente ans puis à l’instauration,
moins étonnante, d’un gouvernement militaire de transition. À peine peut-on,
à cette heure, commenter l’enchaînement apparent des faits et tenter de combattre
certains préjugés communément partagés à leurs propos.

A. S.

Une révolution imprévisible et spontanée ?Au commencement, il y aura eu, non seulement pour les Égyptiens, mais encore pour les Syriens, les Yéménites, les Bahreinis ou les Libyens, une étincelle : le courageux soulèvement des Tunisiens et le départ de Ben Ali. L'exemple tunisien sera le premier bourgeon d'un...

Pour lire la suite, achetez l'article