La réparation des spoliations des biens juifs

Jean-Pierre Bady

N° 134 Été 2011

Article


On peut désormais faire le bilan de la question de la « réparation » de la spoliation par les nazis des œuvres d'art appartenant à des familles ou à des institutions juives, pendant la Seconde Guerre mondiale. Une conférence internationale avait réuni à Prague, en juin 2009, des représentants de quarante-six États, dont la France. Elle a permis de confronter les solutions retenues par les principaux pays pour réparer cette spoliation.La politique française peut être examinée sous trois aspects : les circonstances des pillages, les étapes de la réparation et ses modalités actuelles.

J.-P. B.

Les circonstances des pillagesLe pillage des biens culturels mobiliers juifs, s'est d'abord traduit par des saisies pratiquées sous l'autorité de la puis sance occupante. Dès juin 1940, l'ambassadeur du Reich à Paris, Otto Abetz, engagea systématiquement le pillage artistique. L'ampleur de cette action fut considérable...

Pour lire la suite, achetez l'article