La radicalisation des terroristes de vocation

Alessandro Orsini

N° 156 Hiver 2016

Article


Après le massacre du métro de Londres du 7 juillet 2005, Olivier Roy écrivait que la haine des terroristes islamiques contre les citoyens occidentaux naît de leur frustration psychologique. Comme la société occidentale ne parvient pas à satisfaire leurs aspirations, ces jeunes hommes développent un sentiment de haine envers la société qui les entoure. Le problème, concluait Olivier Roy, n'est pas la situation des musulmans en Palestine, mais celle des immigrés musulmans de seconde génération à Paris ou à Londres. Onze ans plus tard, les attentats terroristes contre les villes occidentales ont augmenté et les sociologues doivent tenir compte d'une grande quantité d'informations dont ils ne disposaient pas en 2005.

A. O.

À partir du moment où les terroristes deviennent aussi nombreux1, il est nécessaire de les classer, et ce pour une raison méthodologique élémentaire : en réduisant les cas à analyser, nous pouvons approfondir nos observations sociologiques. Les terroristes comme les frères Kouachi appartiennent à une catégorie anthropologique que j'ai proposé...

Pour lire la suite, achetez l'article