La psychanalyse à l'heure des homosexualités

Jacques André

N° 144 Hiver 2013

Article


Nous avons traité dans le numéro précédent de la bataille politique qui s’est livrée à propos du « mariage pour tous », autrement dit du mariage entre personnes du même sexe. Mais la politique n’est pas tout. Commentaire revient sur ce problème avec trois articles dont les conclusions diffèrent, mais qui abordent la question de plus haut. Car cet épisode politique pose des problèmes philosophiques, sociaux et anthropologiques qui méritent des réflexions plus approfondies que celles qui se sont exprimées au Parlement ou dans la rue.

COMMENTAIRE

 

De quelle manière le psychanalyste peut-il intervenir dans le débat actuel sur le mariage homosexuel et la procréation médicalement assistée pour les couples lesbiens ? Certainement pas à la façon idéologique qui a caractérisé quelques-uns, toujours les mêmes, tenant peu ou prou le même langage : au Nom-du-Père et de sa fonction symbolique séparatrice. L'évidente homologie d'un tel discours avec la religiosité des adversaires aux nouvelles lois sur la parenté n'a pas besoin que l'on y insiste. La seule remarque que je puisse faire à ce sujet à partir de mon expérience, et non de mes éventuelles croyances, est que, si la famille composée du père, de la mère et des enfants était en elle-même une garantie de santé psychique, il y a longtemps que je m'en serais aperçu.

J. A.

Des vies psychiques « ordinaires »Parce que sur mon divan de psychanalyste s'allongent des hommes et des femmes homosexuels, et parmi ces dernières certaines ayant eu recours avec succès à la PMA, je peux, sans cesser d'être psychanalyste, témoigner d'une expérience indiscutablement privilégiée puisqu'elle ressortit au plus...

Pour lire la suite, achetez l'article