La possibilité d'une paix négociée en 1917 ?

Georges-Henri Soutou

N° 160 Hiver 2017

Article


L'année 2017 s'achève. L'an qui vient, on célébrera le 11 novembre 1918 et la paix de Versailles. Nous n'avons pas voulu terminer l'année sans revenir sur 1917 ; c'est l'an de la révolution bolchevique, c'est aussi celui des tentatives de paix négociée. Tentatives qui, si elles avaient abouti, auraient évité des millions de morts et, peut-être, permis à l'Europe un meilleur destin que celui qu'elle a connu entre 1918 et 1945.En 2015, Georges-Henri Soutou a publié un ouvrage important et novateur sur ces tentatives de paix (La Grande Illusion. Quand la France perdait la paix. 1914-1920, Tallandier, 2015). Ce livre, dont on a trop peu parlé, permet de revenir sur ces négociations destinées à achever la guerre et de mieux les comprendre. Aussi avons-nous demandé à son auteur l'autorisation de reproduire les pages du livre qui concernent ces tentatives trop ignorées et qui démontrent que l'histoire aurait pu être différente.Georges-Henri Soutou a bien voulu nous y autoriser et il a procédé à quelques modifications pour en faciliter la lecture à ceux qui n'ont pas encore l'ouvrage tout entier entre les mains. Nous l'en remercions bien vivement.

J.-C. C.

À partir de 1916 les responsables français avaient commencé à étudier très sérieusement un ensemble d'options en matière de buts de guerre qui allaient bien au-delà du seul retour de l'Alsace-Lorraine. La Sarre (riche région minière) serait annexée, le Luxembourg, avec sa puissante industrie sidérurgique, serait...

Pour lire la suite, achetez l'article
L'Islam et son rapport au monde

L'Islam et ses attraits

Essai sur l'Islam et son rapport à la civilisation occidentale par Alain Besançon