La « popularité » : une hantise sous la Révolution

Lucien Jaume

N° 163 Automne 2018

Article


Durant la Révolution française (entre 1789 et 1799), on constate une permanente inquiétude vis-à-vis du phénomène de la popularité politique. Il existe d'ailleurs un éventail sémantique reflétant les découvertes et les perplexités de cette époque : « être populaire », « populariser quelqu'un » ou aussi « dépopulariser une personne », voire un groupe (les Girondins par exemple) ou une institution (le pouvoir exécutif). La popularité révolutionnaire constitue un phénomène fascinant et souvent inquiétant pour les acteurs politiques, non sans liens avec deux composantes du nouveau champ politique : l'opinion publique, la représentation.

L. J.

La popularité de certains leaders pourrait-elle produire une concurrence dangereuse avec la représentation parlementaire ? Beaucoup considèrent que la légitimité d'opinion dont jouit un leader (Marat, Robespierre, Danton, etc.) peut rivaliser avec la légitimité institutionnelle des élus et la menacer ou, en tout cas, l'influencer. De ce fait...

Pour lire la suite, achetez l'article