L'enquête est vendue dans sa globalité.

En achetant cet article, vous aurez accès à tous les articles "Enquête" du numéro 149

La place du centre

Jean-Thomas Nordmann

N° 149 Printemps 2015

Article


En un rien de temps le paysage politique français a paru bouleversé pour différentes raisons puisque se mêlent à la politique ordinaire la terreur et ses effets : crimes terroristes, manifestation du 11 janvier, retour de Nicolas Sarkozy dans la course présidentielle, ampleur du vote en faveur du Front national dans le Doubs, accroissement de la fracture au sein du Parti socialiste entre les partisans de François Hollande et les frondeurs, usage, par Manuel Valls, à l’encontre de sa propre majorité, de l’article 49/3 de la Constitution pour obtenir l’adoption de la loi Macron. À l’arrière-plan, trois crises extérieures majeures se développent et influent sur l’opinion française. La Russie défie et divise l’Union européenne et tout l’Occident par ses agissements en Ukraine. Au Sud, du Mali jusqu’à l’Irak, l’islamisme radical impose une guerre dans laquelle la France et les autres puissances occidentales sont engagées. Cette guerre se répercute sur notre territoire en provoquant les violences meurtrières que l’on sait. Au sein même de l’Union européenne et de la zone euro, l’affrontement entre le gouvernement grec et Bruxelles attise les controverses sur l’euro et sur la rigueur budgétaire. La situation économique de la France reste étale, c’est-à-dire mauvaise en termes de croissance et d’emploi, mais la baisse de l’euro, celle du prix du pétrole et l’aisance monétaire pratiquée par la Banque centrale européenne laissent espérer une conjoncture économique moins difficile qu’on ne craignait pour la fin de l’année 2015 et pour l’année 2016. Autrement dit : la France pourra à peu près remplir ses engagements budgétaires vis-à-vis de Bruxelles et de la zone euro. Pour aider nos lecteurs à appréhender une situation aussi difficile, nous avons réuni des articles très différents par les points de vue adoptés : la vie politique, l’opinion, le terrorisme, les médias, la société, les rapports avec le Proche-Orient. La diversité des objets étudiés, des approches, des analyses, des témoignages, des sensibilités exprimées rendra compte, nous l’espérons, de la complexité de la situation.

COMMENTAIRE

  JEAN-THOMAS NORDMANN, La place du centre Le changement, c'est maintenant ! Non pas celui qu'on nous promettait en 2012, mais celui qu'entraînent quelques événements qui réorganisent le champ magnétique d'une politique française aimanté...

Pour lire la suite, achetez l'article