La France, l'Allemagne et l'Europe

Considérations d'un Allemand francophile

Gerhard Cromme

N° 141 Printemps 2013

Article


La réconciliation de la France et de l'Allemagne ne date pas du traité de 1963, elle date de la déclaration de Robert Schuman, inspirée par Jean Monnet, le 9 mai 1950. Elle jetait les bases de la Fédération européenne, comme Aristide Briand avait tenté de le faire le 9 septembre 1929. L'une et l'autre initiatives revendiquaient, en effet, explicitement comme objectif pour l'Europe une fédération. Sans être à l'origine du couple franco-allemand, le traité de 1963 mérite pour lui-même d'être célébré, il participe de ce mouvement général que les esprits les plus éclairés des deux côtés du Rhin n'ont cessé de préconiser comme un des facteurs essentiels de la construction de l'Europe unie.C'est à un Allemand que nous avons demandé de le faire. Homme de grande culture, puissant industriel, Gerhard Cromme connaît la France et l'Europe. Il célèbre le traité de 1963 pour poser trois questions décisives et tenter d'y répondre. Dans la relation franco-allemande : d'où venons-nous ? Où en sommes-nous ? Où allons-nous ?Comme le montrent plusieurs articles de ce numéro, et comme le savent nos lecteurs, la construction européenne est en péril. Il est donc important que la voix de Gerhard Cromme soit entendue.

COMMENTAIRE

En janvier dernier, la relation très particulière entre la France et l'Allemagne s'est retrouvée au cœur de l'actualité à l'occasion du 50e anniversaire du traité franco-allemand, dit « traité de l'Élysée ». Le grand public international a pu se rendre compte de l'intensité des rapports...

Pour lire la suite, achetez l'article