La folie des fusions dans l'Université française

Robert Gary-Bobo

N° 159 Automne 2017

Article


Les universités, les établissements d'enseignement supérieur français sont engagés depuis dix ans dans un mouvement de regroupement et de fusion. Nous nous interrogeons ici sur l'opportunité de poursuivre cette politique. Les principes d'économie des organisations n'offrent que des justifications assez faibles à la concentration. Les fusions ne sont ni une condition nécessaire ni une condition suffisante du « rayonnement international » et le gouvernement ne peut pas décréter la formation d'universités de recherche de rang international. Nous montrons que l'obligation de regroupement et l'incitation à la fusion révèlent surtout les contradictions d'une administration centrale en proie à une perte de contrôle ; elles sont une tentative de sauver ce qui peut encore l'être parmi les institutions d'un dirigisme dépassé. Une véritable politique d'autonomie des universités se traduira nécessairement par une remise en cause de l'administration centrale, de ses méthodes et de ses fonctions. Certaines fusions apparaissent aujourd'hui comme plus ou moins réussies, quand elles ont été voulues par la « base », d'autres, et surtout celles qui conduisent à la constitution de « mastodontes », sont tout simplement des erreurs qu'il est maintenant urgent de corriger.

R. G.-B.

Les universités françaises sont entraînées depuis dix ans dans une série de réformes qui sont dictées d'en haut. Ce train de réformes montre un intérêt nouveau du gouvernement pour l'enseignement supérieur et la recherche, désormais considérés comme des sujets stratégiques. En mai 2017, un décret donne pour mission...

Pour lire la suite, achetez l'article
L'Islam et son rapport au monde

L'Islam et ses attraits

Essai sur l'Islam et son rapport à la civilisation occidentale par Alain Besançon