L'Ukraine en crise, l'Europe fracturée

Philippe (de) Suremain

N° 148 Hiver 2014

Article


Réplique brutale de la Révolution orange de 2004, l'Euromaïdan a provoqué une onde de choc dont l'ordre européen, que l'on croyait en voie de stabilisation, s'est trouvé ébranlé. Une véritable révolution cette fois, que l'on n'a pas vu venir. Ni ses acteurs, les Ukrainiens, qui ne la prévoyaient pas si soudaine et radicale ; ni le Kremlin, l'instigateur d'une réaction en chaîne mal contrôlée ; ni les Européens confiants dans les vertus de l'interdépendance croissante des intérêts de part et d'autre du continent ; ni les États-Unis, passés à autre chose. La fin d'une époque ? Sans doute, et en tout cas de bien des illusions. Contre toute attente, l'Europe bipolaire semble pour un temps de retour, obligeant à une coexistence d'un nouveau type à laquelle tous n'étaient pas préparés. Les cartes sont rebattues d'un jeu dont les partenaires doivent redéfinir les principes, les règles. Dont l'Ukraine, avec laquelle il faut désormais compter.

Ph. de S.

Une identité aussi forte que complexeL'émergence de l'Ukraine en 1991 n'a pas été l'accident fortuit que d'aucuns ont voulu y voir, mais bien le fruit tardif d'une longue histoire, celle d'un territoire plus vaste que la France et presque aussi peuplé aux confins...

Pour lire la suite, achetez l'article