L'islamisme est-il un nouveau totalitarisme ?

Bernard Bruneteau

N° 152 Hiver 2015

Article


L'interprétation de l'islamisme comme « troisième totalitarisme » appartient sans conteste à la tradition de l'antitotalitarisme libéral. Se prêtant aisément à une instrumentalisation politique, elle ne manque pas de prêter le flanc à la critique pour le caractère anachronique des convergences repérées entre les deux phénomènes. Il est pourtant nécessaire de rappeler que communisme et nazisme ont été des religions politiques prospérant aussi à partir d'une promesse de salut en offrant une gnose, une définition du Mal et un horizon communautaire fraternel. Et que la pensée matricielle de l'islamisme s'est développée dans le même contexte d'anomie que les mouvements totalitaires européens, les uns et les autres réagissant de manière similaire par la promotion d'un ordre alternatif à la modernité occidentale.

B. B.

Par leur violence calculée, le choix de leurs victimes et la négation symbolique de la liberté d'expression, les attentats islamistes de janvier 2015 à Paris ont fait spontanément surgir le qualificatif de « totalitarisme », associé à celui d'« islamo-fascisme ». Voix autorisée s'il en est, l'Association des historiens...

Pour lire la suite, achetez l'article