L'Europe est-elle coupable ? (I)

Pascal Bruckner

N° 159 Automne 2017

Article


Le monde entier nous hait et nous le méritons bien, telle est la conviction d'une majorité d'Européens et, a fortiori, de Français. Nous avons été élevés dans la haine de nous-mêmes, dans la certitude qu'au sein de notre culture, un mal exigeait pénitence. Depuis 1945, notre continent est habité par les tourments du repentir. Ressassant ces abominations passées, les guerres incessantes, les persécutions religieuses, l'arbitraire royal, l'esclavage, l'impérialisme, le colonialisme, l'Europe – et plus généralement l'Occident – ne voit dans sa longue histoire qu'une continuité de tueries et d'oppressions. À ce sentiment de culpabilité, toute une élite, intellectuelle et politique, donne ses lettres de noblesse, appointées à l'entretien du remords, comme d'autres se font les gardiens du feu. Nous appartenons donc à une civilisation maudite, promise à la disparition, à la fois infirme et infâme. Je voudrais faire la généalogie de ce sentiment de mauvaise conscience, puis, dans un second article, qui suivra, chercher les remèdes à ce mal qui nous ronge.

P. B.

Commençons par revenir sur le mouvement historique qui a porté ce sentiment de culpabilité avec le plus d'acuité et qu'on a appelé le tiers-mondisme. Le tiers-mondisme était fondé sur une idée très simple, il est apparu notamment lors de la conférence de Bandung en 1955. Le...

Pour lire la suite, achetez l'article
L'Islam et son rapport au monde

L'Islam et ses attraits

Essai sur l'Islam et son rapport à la civilisation occidentale par Alain Besançon