L'avenir de la profession d'avocat

Christophe Jamin, Thierry Wickers

N° 132 Hiver 2010

Article


Les avocats ont longtemps cru que l'avenir prendrait la forme d'une grande profession constituée autour d'eux et bénéficiant du monopole de l'exercice du droit. La possibilité offerte à une multitude de personnes d'exercer le conseil et la rédaction d'actes pour autrui, le refus récent d'un certain nombre de professionnels de s'agréger à cette communauté unique, ainsi que la remise en cause progressive par diverses instances de la logique professionnelle au profit du marché fragilisent cette croyance. L'avenir de la profession d'avocat dépend de sa capacité à conserver sa qualité d'auxiliaire de justice qui lui confère à la fois un statut et des responsabilités particulières. Mais il lui faudra aussi s'adapter à cette logique marchande et compter avec la volonté qu'auront les pouvoirs publics de construire un réel marché concurrentiel.

T. W. et C. J.

La profession d'avocat connaît aujourd'hui une situation paradoxale. D'un côté, elle est censée exercer un pouvoir croissant dans une société française découvrant tardivement la puissance d'un droit en partie libéré de la tutelle de l'État, ce qui expliquerait l'attrait qu'elle exerce auprès de...

Pour lire la suite, achetez l'article