L'art in-monde ?

Béatrice Majnoni d'Intignano

N° 160 Hiver 2017

Article


Nous savons tout des effets de la mondialisation sur les marchés boursiers, immobiliers, le commerce international, la pauvreté et les inégalités. Mais quid des objets d'art ? D'un côté, on vilipende l'imposture de l'art contemporain jugé tapageur, artificiel, incertain et perçu comme l'instrument d'une spéculation éhontée. De l'autre, on applaudit la transgression, l'art conceptuel et le multiculturalisme. Art immonde contre art in-monde ?

B. M. d'I.

Deux mondialisations Au cours de la première mondialisation, 1870-1914, les orientalistes empruntèrent les voies de la colonisation, Monet et Bonnard s'inspirèrent de l'art japonais et Picasso, Modigliani et Brancusi des sculptures d'Afrique1. Le peuplement de l'Amérique forma...

Pour lire la suite, achetez l'article