Ajouter au panier Acheter des crédits

L'Amérique en guerre

Edith Wharton

N° 177 Printemps 2022

Article


Le texte qui suit est celui d'une Conférence donnée à Paris, en français, par Edith Wharton à la Société des Conférences, le 8 février 1918. Elle mérite, je crois, d'être connue de nos lecteurs. Voici pourquoi. Edith Wharton (1861-1937) est une grande romancière, poétesse et essayiste américaine qu'il est inutile de présenter. La plupart de ses livres ont été traduits dans notre langue. Elle aimait profondément la France. Elle y a souvent et longtemps séjourné, notamment pendant la Grande Guerre où elle s'est dévouée à notre cause. Ses amitiés furent transatlantiques : en Amérique Henry James, Henry Adams, Theodore Roosevelt et le peintre Walter Gay ; en France Paul Bourget, Anna de Noailles, André Gide et Jean Cocteau. À partir des années 1920, elle s'installa chez nous, vécut près de Paris et en Provence, et elle y mourut. J'ai découvert ce texte parce que le Times Literary Supplement de Londres en a publié la traduction en langue anglaise dans son numéro du 14 février 2018. Elle était tirée de Translations and Adaptations, publié sous la direction de Virginia Ricard (vol. 29 des Œuvres complètes d'Edith Wharton chez Oxford University Press). Puisque le texte original était en français, je l'ai recherché et retrouvé dans La Revue hebdomadaire (1918, n° 9), sous le titre L'Amérique en guerre. C'est ce texte français que nos lecteurs découvriront ici, avec des sous-titres que nous y avons ajoutés. Ils liront une profonde méditation sur les origines de la démocratie américaine et sur les causes de son engagement à nos côtés en 1917. Ils se souviendront aussi de ce temps où l'Amérique aimait la France et où la France, pleine de gratitude, accueillait les troupes américaines, comme elle les accueillerait une deuxième fois en 1944.

J.-C. C.

Mesdames, Messieurs,   Il y a une différence profonde – fondamentale – entre les Français et les Américains ; c'est la différence entre leurs deux langues. Ne souriez pas, je vous prie, de ce lieu commun ; il y en a...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits