Ajouter au panier Acheter des crédits

L'Algérie et la France

Paul Thibaud

N° 175 Automne 2021

Article


Le rapport qu'Emmanuel Macron a demandé à Benjamin Stora sur les moyens de solder le passé colonial de la relation franco-algérienne ne peut que laisser perplexe : il multiplie les suggestions plutôt qu'il n'évalue leur pertinence. Un parti pris au départ : couvrir le maximum de terrain, se préoccuper de tous les aspects de la question au lieu de prétendre la régler d'un coup par une repentance globale qui heurterait l'opinion française et ouvrirait la voie à toutes sortes de demandes. Mais au simplisme auto-accusateur on n'oppose pas le projet d'une enquête serrée et d'une réflexion rigoureuse, on se contente d'une liste d'initiatives, de gestes dont la cohérence n'est pas assurée, dont la mise en œuvre serait parfois très problématique, faisant apparaître, à propos des harkis par exemple, des contradictions insurmontables faute d'un jugement d'ensemble.La question de nos rapports avec l'Algérie est cruciale : l'opinion et l'État sauront-ils assumer un passé difficile ? Moins culpabilisant en lui-même que déconcertant par ses suites. Pourquoi après la guerre ce flux d'immigration vers la France ? Pourquoi aussi cette permanence en Algérie d'un pouvoir militaire, que l'indépendance acquise aurait légitimé pour toujours ? Du côté français on voit bien qu'une intégration satisfaisante de l'immigration algérienne n'est pas possible si le dossier de la guerre n'est pas repris. Mais on peut se demander – les initiatives de Macron, après celles de Chirac, le font craindre – si la France, comme d'autres démocraties européennes, est capable de se donner une vue historique de son passé, de vivre avec lui et d'inventer la suite, au lieu de s'enfoncer dans l'amertume tout en rêvant de rompre avec lui dans un geste de pur moralisme. De ce point de vue, le rapport Stora ne rassure pas.

 

P. T.

Faire mémoire… dans la limite du politiquement correct Ce rapport comprend beaucoup de préconisations incontestables : ouverture des archives, collecte des témoignages, visas et bourses pour les chercheurs devant se déplacer d'une rive à l'autre, entretien des cimetiè...

Pour lire la suite, achetez l'article : Ajouter au panier Acheter des crédits